Lil Uzi Vert peut-il vraiment "s'acheter" une planète?

·2 min de lecture
Lil Uzi Vert en concert le 11 octobre 2019 à Austin au Texas.  (Photo: SUZANNE CORDEIRO via Getty Images)
Lil Uzi Vert en concert le 11 octobre 2019 à Austin au Texas. (Photo: SUZANNE CORDEIRO via Getty Images)

ESPACE - Lil Uzi Vert n’a donc plus aucune limite. Le rappeur américain, qui s’est récemment fait implanter un diamant de 24 millions de dollars sur le front, va maintenant s’acheter une planète. Oui vous avez bien lu, l’interprète du titre “Free Uzi” est en passe de s’offrir la dénommée WASP-127B, une géante gazeuse découverte en 2016.

C’est la chanteuse canadienne Grimes, compagne d’Elon Musk, qui a vendu la mèche sur Twitter: “La documentation est presque complète pour que @LILUZIVERT puisse réclamer légalement WASP-127B c’est énorme! Le premier humain à posséder une planète”, a-t-elle écrit.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

De quoi rapidement enflammer la Twittosphère, qui, très surprise, s’est vite posée de nombreuses questions sur les dessous d’une telle acquisition.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mais est-ce seulement possible de “s’acheter” une planète? Si l’on suit le droit international et l’extrait du Traité de l’espace, entré en vigueur en 1967 et ratifié par une centaine de pays, “l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, ne peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen”.

Mais un certain flou persiste, car si l’espace et ce qui s’y trouve est considéré comme un “patrimoine commun” à l’humanité, cela veut aussi dire qu’il n’appartient à personne... d’où les risques d’appropriations diverses. D’autant plus que tous les pays n’ont pas ratifié ces textes, et que la conquête spatiale a évolué depuis la Guerre Froide.

Possible aux États-Unis ou au Luxembourg

De nouvelles réglementations ou accords multilatéraux entre gouvernements ou entre agences spatiales se sont multipliés depuis 55 ans, avec “des tonnes de documents” qui rendent les principes du droit international de l’espace bien compliqués... et sujets à interprétation.

Sauf dans deux pays, où il est parfaitement possible pour une entreprise ou un citoyen de s’acheter “un corps céleste” comme une planète: les États-Unis depuis le “Obama Space Act” de 2015 et le Luxembourg depuis 2017. Reste donc à voir si d’autres puissances spatiales reconnaîtront ces futurs achats.

À voir également sur Le HuffPost: Le rappeur Lil Uzi Vert s’est fait implanter un diamant de 11 carats sur le front

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles