Ligue des nations: au bout du suspense, l'équipe de France renverse la Belgique

·4 min de lecture

En demi-finale de la Ligue des nations, les Diables rouges belges ont cru vaincre la malédiction face aux Bleus. À Turin, ils ont mené 2 à 0 avant de se faire rejoindre et de finalement s'incliner dans les dernières secondes, jeudi 7 octobre (3-2). Les champions du monde français disputeront la finale de la Ligue des nations contre l'Espagne.

Il y a un peu plus de trois ans, en Russie, l'équipe de France avait éliminé la Belgique en demi-finale de la Coupe du monde. Hugo Lloris avait érigé un mur dans sa cage, Samuel Umtiti avait marqué et « cassé la démarche », et les Belges, battus aux portes de la finale, avaient eu le « seum ».

Certes, une demi-finale de Ligue des nations n'a pas la même valeur qu'une demi-finale de Mondial. Mais pour les Diables rouges, la soupe demeure tout aussi amère après cette nouvelle défaite concédée face au voisin et rival, jeudi au Juventus Stadium de Turin. Au bout du bout d'une rencontre débridée, les hommes de Didier Deschamps ont englouti les Belges (3-2).

Lukaku monstrueux

Le premier acte a été rouge. Dès la 4e minute, le danger s'est rapproché quand Jules Koundé a mal repoussé un centre de Romelu Lukaku. Kevin De Bruyne en a profité et tenté sa chance, mais Hugo Lloris, au prix d'une superbe détente, a repoussé le danger. Le capitaine des Bleus, en revanche, est resté immobile sur l'ouverture du score signée Yannick Carrasco. Le milieu offensif a fixé Benjamin Pavard et placé un tir au ras du poteau (37e).

À peine remis de ce coup dur, la France a flanché de nouveau, cette fois devant le bulldozer Lukaku. L'attaquant gaucher de Chelsea n'a fait qu'une bouchée de Lucas Hernandez avec une feinte de corps parfaite et a battu Lloris d'un missile décoché du pied droit dans un angle fermé (40e). À la pause, l'avantage aux Belges était largement mérité tant les Bleus étaient dominés.

Mbappé le détonateur

Sans doute secoués par le sélectionneur dans les vestiaires, les champions du monde en titre sont revenus sur la pelouse turinoise avec de meilleures intentions. Kylian Mbappé, au soir de sa 50e sélection (à 22 ans et 291 jours, nouveau record de précocité), a changé la face de ce choc. Très en jambes, multipliant les dribbles, le Parisien a fait une première fois la différence en trouvant Karim Benzema dans la surface. Malgré la présence de trois défenseurs sur son dos, l'attaquant du Real Madrid a protégé son ballon avant de pivoter et de réduire l'écart (62e).

Désormais dominée, la Belgique a plié et a cédé à nouveau quand Youri Tielemans a marché sur le pied d'Antoine Griezmann dans la surface. Après avoir consulté la vidéo, l'arbitre Daniel Siebert a accordé un penalty. Avec sang-froid, sachant qu'il avait raté le tir au but décisif contre la Suisse lors de l'Euro 2021, Kylian Mbappé l'a transformé (69e).

Les Belges, du paradis à l'enfer en un éclair

L'équipe de France, ressuscitée, a alors clairement pris l'ascendant sur une Belgique méconnaissable. Colossale dans le premier acte, si fragile après la pause, elle ne savait plus trop sur quel pied danser. Mais avec un joyau comme Lukaku, elle a bien cru avoir le dernier mot. Alors qu'ils étaient dominés, les Diables rouges ont repris l'avantage grâce à leur buteur, plus vif que toute la défense bleue. Une joie de courte durée, car l'attaquant était en position de hors-jeu.

Le scénario catastrophe a finalement bien eu lieu pour les Belges. L'arête de la transversale a repoussé un coup franc de Paul Pogba. Et quelques secondes plus tard, à l'issue d'une contre-attaque, Théo Hernandez a ajusté Thibaut Courtois du pied gauche (90e). La bonne étoile des Bleus a pâli, mais elle brille toujours. Ce sont bien eux qui disputeront la finale de la Ligue des nations, dimanche 10 octobre à Milan, au stade de San Siro. Pour la Belgique, il faudra se contenter du match pour la troisième place contre l'Italie. Une vieille et désagréable habitude.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles