Ligue des nations : la compétition qui a du mal à passionner les foules

L’équipe de France de football joue à Vienne ce soir. Autriche France, troisième match de la Ligue des Nations en une semaine. Ça n’est pas évident de se passionner pour cette compétition. 

La Ligue des Nations, on l’aime quand on la gagne, pas quand on la joue. Ca pourrait être le sous-titre de cette compétition. Souvenez-vous, en octobre dernier, on était heureux que les Bleus décrochent un nouveau trophée, ils avaient battu la Belgique et l’Espagne en demi-finale et en finale, et puis ça nous consolait de la désillusion de l’Euro quelques mois plus tôt. Mais là, aujourd’hui, quand il faut remettre l’ouvrage sur le métier pour la phase de poules de la nouvelle saison, on est assez loin de la passion dévorante des matches qui comptent. Les joueurs ne seraient pas mieux les doigts de pied en éventail dans le sable plutôt qu’enfermés dans leurs crampons ? Kevin De Bruyne, le milieu de terrain belge de Manchester City, a résumé la situation. En gros, on joue les matches parce qu’on n’a pas le choix, mais on n’a pas envie. Alors parfois, l’allant vient en jouant. Mais pour les Bleus, vu que ça a commencé par une défaite contre le Danemark et un match nul en Croatie, on n’est pas plus avancé. Et honnêtement, ce n’est pas l’affiche Autriche France ce soir qui peut vraiment réveiller les passions. À Vienne, même le terrain est crevé. Un gros trou s’est formé sur la pelouse à la fin du match entre les Autrichiens et les Danois en début de semaine, à cause d’inondations. Ca a été c...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles