Ligue des nations : face à la Croatie, des Bleus diminués veulent se relancer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après une défaite surprise vendredi contre le Danemark (1-2), l’équipe de France se rend en Croatie lundi pour son deuxième match de poule en Ligue des nations. Les Bleus veulent renouer avec le succès, malgré un effectif amoindri par les blessures et la fatigue de fin de saison.

La France va devoir se rassurer, lundi 6 juin, pour ne pas laisser la place au doute dans la Ligue des nations. Après avoir remporté l'édition 2021 de cette nouvelle compétition entre sélections nationales, les Bleus ont trébuché d'entrée face au Danemark, vendredi à Saint-Denis. Le but magnifique de Karim Benzema n'a pas suffi à compenser les placements défensifs défaillants qui ont permis à Cornelius d'inscrire un doublé (1-2).

La France ne devra pas reproduire la même prestation lundi soir à Split, sous peine de se mettre en difficulté au classement – il ne lui restera ensuite que quatre matches à disputer pour espérer aller en demi-finale de la compétition dans un an. C'est donc des Bleus en quête de réponses qui se présentent face à la Croatie, elle aussi à la recherche d'un premier succès après sa défaite vendredi contre l'Autriche (0-3) lors de son premier match.

"Il n'y a pas besoin d'attendre (ce match) pour savoir que c'est un coup d'arrêt. Est-ce que c'est un accident ? Il faut faire en sorte d'inverser la tendance", a assuré Didier Deschamps en conférence de presse, de retour aux commandes après quatre jours d'absence en raison d'un deuil familial. Le sélectionneur sait qu'un nouveau revers compliquerait très sérieusement les chances de qualification des Bleus avant un déplacement vendredi en Autriche.

"Il va falloir se racheter", a renchéri le défenseur Presnel Kimpembe, qui portera le brassard de capitaine à la place de Hugo Lloris – remplacé par Mike Maignan au nom de la rotation – et de Raphaël Varane – habituel vice-capitaine, forfait sur blessure vendredi et remplacé par le novice Ibrahima Konaté.

Plusieurs joueurs émoussés

Les quatre matches des Bleus de ce mois de juin font office de préparation en vue du prochain Mondial au Qatar (21 novembre-18 décembre). Après une saison éreintante pour la plupart des joueurs, plusieurs d'entre eux ont paru émoussés face au Danemark.

La chaleur croate ne devrait rien arranger : des températures supérieures à 30 °C sont annoncées dans les Balkans et le match au stade Poljud devrait se tenir à guichets fermés. Dans l'antre du Hajduk Split, club centenaire déchaînant les passions – de nombreux murs de la ville tagués aux couleurs de l'équipe locale en témoignent –, les Bleus vont devoir balayer leurs doutes.

L'équipe de France sera bien inspirée de retrouver son "esprit" de Moscou, quand elle avait battu la Croatie en finale de la Coupe du monde il y a quatre ans (4-2). Les Bleus affichaient alors une force collective et une solidité défensive certaines, que Didier Deschamps ne renierait pas lundi soir.

Les deux erreurs d'alignement de vendredi et le but d'un Benzema surfant sur sa saison de très haut niveau ne sauraient cacher les manques constatés dernièrement chez les Bleus. Sans doute la fin de saison pèse-t-elle dans les jambes, comme l'atteste l'entraînement collectif de dimanche. Cinq joueurs ont été dispensés de séance : Kylian Mbappé, Karim Benzema, Kingsley Coman, Jules Koundé et N'Golo Kanté.

Kylian Mbappé "a un petit souci dû à une contusion (survenue mercredi à l'entraînement, NDLR) qui n'est pas irrémédiable", a indiqué Didier Deschamps. Autre point d'interrogation : Karim Benzema, qui a seulement trottiné un quart d'heure dimanche, sera-t-il capable d'enchaîner une troisième titularisation d'affilée, dix jours après sa finale de Ligue des champions remportée avec le Real Madrid ?

De leur côté, Kingsley Coman, Jules Koundé et N'Golo Kanté ont pédalé sur un vélo stationnaire. Mais seul le milieu de terrain de Chelsea ne figure pas finalement sur la liste transmise par la France à l'UEFA pour le match de lundi soir. Les Bleus ne compteront ainsi que trois purs milieux de terrain titularisables – Adrien Rabiot, Mattéo Guendouzi et Aurélien Tchouaméni.

Une chance à saisir pour plusieurs "jeunes" Bleus

"Il y a de l'usure, de la fatigue", a constaté Didier Deschamps, évoquant une nouvelle fois les "saisons chargées" et l'enchaînement inédit de "quatre matches en onze jours".

En attaque, les incertitudes autour de la présence du duo Mbappé-Benzema offrent au moins une place à un second couteau, à qui le sélectionneur a promis du temps de jeu. Le mieux placé dans la hiérarchie semble être Christopher Nkunku, auteur d'une bonne entrée en jeu à Saint-Denis, mais Wissam Ben Yedder et Moussa Diaby sont en embuscade.

Des ajustements sont également imposés en défense avec, outre Kimpembe, une opportunité pour William Saliba et Benjamin Pavard, encore peu utilisé chez les Bleus comme arrière central, mais convoqué pour occuper ce poste. Sur les côtés, Jonathan Clauss et Lucas Digne offrent deux alternatives crédibles à Kingsley Coman et Theo Hernandez, décevants face aux Danois.

En face, l'équipe de Luka Modric, qui fêtera sa 150e sélection, est dans une situation plus alarmante encore après son naufrage contre l'Autriche. Preuve qu'à six mois du Qatar, avoir disputé la finale du dernier Mondial n'offre aucune garantie.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles