Ligue des champions: le scandale mondial 1MDB va-t-il éclabousser Manchester City après la finale?

En avril 2022, l'hebdomadaire Spiegel avait publié une enquête sur les financements de plusieurs clubs anglais liés à des Etats ou des propriétaires étrangers. Au cours de cette enquête, des documents internes ont montré que Manchester City avait reçu un financement d'une agence gouvernementale à Abu Dhabi. Deux ans plus tôt, l’UEFA avait interdit Manchester City de jouer la Coupe d’Europe après les révélations du même journal. Après un appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), l’instance européenne était sortie perdante de ce dossier. Le quotidien avait quand même montré des pratiques commerciales douteuses de la part de Manchester City.

Trois ans plus tard, un nouveau dossier pourrait cibler le club anglais. Le 19 juinprochain, le Ministère public de la Confédération va ouvrir un dossier tentaculaire. La justice suisse a enquêté sur plusieurs personnes autour de ce dossier et a déposé son acte d’accusation "contre deux gérants de PETROSAUDI". Les deux prévenus sont soupçonnés d’avoir, dans le but de s’enrichir et d’enrichir des tiers, "détourné au moins USD 1.8 milliards versé par le fonds souverain malaisien 1MALAYSIA DEVELOPMENT BERHAD (1MDB) sur la base d’une joint-venture avec PETROSAUDI, opération par la suite convertie en prêt islamique, puis d’avoir blanchi ces montants", explique un communiqué de la justice suisse. Ces faits présumés s’étendent sur une période de 2009 à 2015, l’affaire est très complexe et concerne un scandale mondial autour d’un fond souverain malaisien.

Plusieurs pays s’intéressent d’ailleurs à ce dossier

D'autres noms importants ressortent également, en lien avec des commissions entre Aabar Investment, le véhicule de financement et sponsoring émirati de Manchester City et 1MDB en Malaisie, tel que Youssef Al Otaiba, ambassadeur des Emirats à Washington. Une affaire sensible qui pourrait mêler ce scandale mondial à des figures comme le Sheikh Mansour, propriétaire de Manchester City et frère de l'actuel président des Émirats, le Sheikh Mohamed bin Zayed.

Plusieurs pays s’intéressent d’ailleurs à ce dossier. Environ 3,5 milliards de dollars issus de ce fonds auraient été détournés. Mais comment ce dossier pourrait concerner Manchester City et son financement? Autour de cette affaire 1MDB, les transactions des dirigeants les plus importants des Emirats seront observées par les Suisses. Autre point qui devrait les intéresser, le processus d’investissement émirati via ‘Aabar Investments’. Ce dernier est supervisé par le Sheikh Mansour, propriétaire de Manchester City. Les débats pourraient donc tourner autour des liens entre ‘Aabar Investment’ et le financement du club anglais.

Article original publié sur RMC Sport