Ligue des Champions: le PSG écrase le FC Barcelone au Camp Nou

·2 min de lecture

Grâce notamment à un triplé de son attaquant Kylian Mbappé, le Paris Saint-Germain a largement dominé le FC Barcelone (1-4), mardi soir au Camp Nou pour le compte des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. 

Le Paris SG a réussi l'exploit de s'imposer sur le terrain du FC Barcelone (4-1), avec un triplé de sa star Kylian Mbappé, en 8e de finale aller de Ligue des champions.

Comme une passation de pouvoir: entre le Barça de Messi, si dominateur dans les années 2010, et le PSG de Mbappé, qui espère marquer les années 2020, les retrouvailles ont tourné mardi soir en faveur des Parisiens, tout proches des quarts avant d'aborder le match retour le 10 mars au Parc des Princes.

Vu l'ampleur du score, l'équipe de Mauricio Pochettino a réussi un exploit, dans un Camp Nou sous huis clos sanitaire et beaucoup moins enfiévré qu'en 2017 lors de la fameuse "remontada" subie par le PSG (4-0, 1-6).

Evidemment, l'histoire a montré qu'avec Paris et Barcelone, il ne faut pas crier victoire trop tôt. Mais malgré les absences sur blessure d'Angel di Maria et Neymar, Paris a livré un match complet, physiquement et mentalement, se montrant digne de son rang de vice-champion d'Europe 2020.

Le PSG a su ne pas paniquer, même quand Lionel Messi a ouvert la marque à la demi-heure de jeu (27e) sur un penalty sévère concédé par Layvin Kurzawa. Symbole du mental parisien, Mbappé a assumé ses responsabilités à la pointe de l'attaque. Très tranchant, mettant au supplice la lente défense barcelonaise, l'attaquant français a égalisé sur un enchaînement splendide: contrôle dans la surface pour effacer Clément Lenglet puis frappe en force du gauche (32e).

C'était le début d'un festival: le natif de Bondy en a fait voir de toutes les couleurs à ses adversaires, contraignant Gerard Piqué, revenu en urgence de sa convalescence, à lui tirer le maillot pour le retenir sur une accélération.

Il a réussi le doublé d'une nouvelle frappe du gauche après un ballon mal(...)


Lire la suite sur Paris Match