Ligue des champions : Porto ne tremble pas face à la Juventus, Dortmund prend une option à Séville

·3 min de lecture

Le FC Porto a remporté mercredi son duel face à la Juventus Turin (2-1) en huitième de finale aller de la Ligue des champions grâce à des buts de Taremi et Marega. Dans l'autre match, le Borussia Dortmund s'est imposé sur la pelouse du FC Séville.

Porto reste invaincu à domicile en Ligue des champions. Le club portugais a maté la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo mercredi 17 février en huitième de finale aller (2-1). Les Dragons ont surpris les Bianconeri dans les premiers instants de chaque mi-temps. Dans l'autre match, les Allemands du Borussia Dortmund se sont imposés à Séville grâce notamment à un doublé de Haaland.

La Juventus Turin peut se mordre les doigts pour son entame de match. La Vieille dame encaisse un "but casquette" dès la 63e seconde. Le gardien turinois Szczesny tente de relancer dans l'axe par son capitaine Chiellini. Celui-ci n'a cependant pas d'autre choix que de remettre à son gardien. Harcelé par Taremi, Szczesny perd le ballon et l'Iranien ouvre le score (1e, 1-0).

La Juventus apparaît dès lors sonnée. Les joueurs de Porto décident de presser leur adversaire très haut, de manière agressive, et cela gêne les Bianconeri qui évoluent ce soir en orange. La rencontre s'installe alors dans un faux rythme, les Dragons se contenant d'attendre les erreurs italiennes. Les Juventini ne semblent d'ailleurs pas apprendre de leurs erreurs : sur une nouvelle relance hasardeuse de Szczesny, Sergio Oliveira intercepte et tente sa chance. C'est contré (23e).

À la demi-heure de jeu, la Juventus Turin subit un nouveau coup dur : le capitaine Chellini, victime d'un contact avec Marega, doit laisser sa place à Merih Demiral. Il faut attendre la fin de la mi-temps et des coups francs pour voir les Juventini reprendre quelques couleurs : Ronaldo en réceptionne un au second poteau pour offrir premier tir cadré (39e). Puis, quelques instants plus tard, sur un cafouillage, Adrien Rabiot tente un retourné acrobatique. Le portier de Porto détourne in extremis (41e).

Dix-neuf secondes

Cependant, retour des vestiaires et rebelote. La Juventus se fait à nouveau surprendre : Wilson Manafa prend tout le monde vitesse à droite et centre en retrait au sol. Moussa Marega contrôle et crucifie Szczesny (46e, 2-0). Dix-neuf petites secondes seulement s’étaient écoulées.

La Juventus est sans idée. Elle s’en remet à des frappes lointaines qui ne font pas trembler Porto, à l’image de celle de Bentacur (66e) ou de Danilo (68e).

Il faut attendre les derniers instants pour voir les Italiens se montrer dangereux. Chiesa, à la réception d'un bon centre en retrait de Rabiot, manque un peu sa frappe qui trompe tout de même Marchesin (82e, 2-1). Cristiano Ronaldo a beau réclamer un penalty dans les arrêts de jeu, que l'arbitre refuse sans même consulter la VAR, le score en restera là.

Un but à l'extérieur qui vaut cher dans la compétition européenne. Cependant, la Juventus devra se montrer plus impressionnante si elle veut espérer l'emporter au terme du match retour, tout comme Cristiano Ronaldo, inexistant ce soir.

Dortmund prend une option

Dans l'autre match de la soirée, le Borussia Dortmund a réalisé une excellente opération en s'imposant 3-2 sur le terrain du FC Séville.

À la peine dans son championnat, l'équipe d'Edin Terzic s'est imposée grâce à un but de Dahoud, d'une frappe enroulée en pleine lucarne (19e), puis à un doublé de l'intenable Erling Haaland (27e, 43e,) pour ses septième et huitième buts en C1 cette saison. Séville, qui restait sur neuf victoires d'affilée, avait ouvert la marque par Suso (7e) puis réduit le score par Luuk de Jong (84e).