Ligue des champions: Paris se rate à Leipzig, Chelsea et la Juve se baladent

·4 min de lecture

Alors qu'il menait 1-0, le PSG, très diminué, s'est incliné en Allemagne mercredi 4 novembre contre Leipzig (2-1). Les Parisiens ont manqué un penalty, encaissé un but d'un ancien de chez eux, et ont pris deux cartons rouges. L'autre représentant français du soir, Rennes, n'a rien pu faire contre Chelsea (3-0). Le carton du soir est pour la Juventus, tranquille à Ferencvaros (4-1).

Cette 3e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions, saison 2020-2021, est une nouvelle soupe à la grimace pour les trois clubs français en lice. Après la faillite des Marseillais mardi à Porto (3-0), le PSG et le Stade rennais se sont également inclinés mercredi, dans des circonstances différentes.

Di Maria flanche, Nkunku se rappelle au bon souvenir d'un PSG boiteux

Confronté aux blessures de Juan Bernat, Marco Verratti, Julian Draxler, Mauro Icardi et de ses joyaux Kylian Mbappé et Neymar, le PSG était très diminué à l'heure de retrouver le RB Leipzig, le même club qu'il a battu en demi-finale de la précédente édition de la Ligue des champions en août. Les champions de France avaient quand même des ambitions, d'autant plus qu'un peu plus tôt ce mercredi, le groupe H avait été relancé avec la défaite surprenante de Manchester United sur la pelouse d'Istanbul Basaksehir (2-1).

Et tout a bien commencé pour les Parisiens dans la Red Bull Arena avec l'ouverture du score rapide d'Angel Di Maria (6e), leader d'une attaque composée de Moïse Kean et Pablo Sarabia. L'Argentin a eu l'occasion de faire le break sur penalty, après une main de Dayot Upamecano. Mais le gardien Peter Gulacsi a repoussé le tir de l'attaquant (16e). Et juste avant la pause, comme le veut la coutume, un ancien Parisien a marqué face à son ex-club. Christopher Nkunku, formé au PSG, a égalisé d'un tir à l'entrée de la surface (42e).

Après la pause, les visiteurs sont apparus désunis, sans cohésion dans leurs rares attaques. Presnel Kimpembe a commis une faute de main à son tour dans la surface, et malgré le bon plongeon de Keylor Navas, Emil Forsberg a égalisé sur penalty (57e). Paris ne s'en est pas relevé. Pire, il a terminé la rencontre à neuf après les expulsions d'Idrissa Gueye (69e) et de Presnel Kimpembe (90+5e). Une sale soirée pour le PSG, et notamment pour Thomas Tuchel, de plus en plus discuté. C'est la première que le club de la capitale s'incline à deux reprises en phase de groupes depuis qu'il est la propriété de Qatar Sports Investments.

Chelsea sans pitié pour Rennes, le Barça engrange, la Juventus et Dortmund brillent

Le Stade rennais, qui goûte à la Ligue des champions pour la première fois cette saison, a appris que les fautes se payent cher à ce niveau. Dans le groupe E, les Bretons ont pris une leçon en Angleterre contre Chelsea. À la pause, les Blues menaient 2-0, grâce à deux « cadeaux » des visiteurs. Auteur d'une faute, le défenseur Henrique Dalbert a pris un carton jaune et concédé un penalty, converti par Timo Werner (10e). Le Rennais a ensuite commis une main dans la surface : deuxième carton jaune synonyme d'expulsion, et deuxième penalty marqué par Werner (41e). Trop diminué, Rennes a cédé une troisième fois en début de seconde période devant Tammy Abraham (50e).

Dans les autres principaux matches du soir, la Juventus (groupe G) a relevé la tête après sa défaite subie contre Barcelone lors de la précédente journée. Renforcée par le retour de Cristiano Ronaldo, la Vieille Dame a brillé en Hongrie contre Ferencvaros (4-1, doublé d'Alvaro Morata, but de Paulo Dybala et but contre son camp de Lasha Dvali). L'Ivoirien Franck Boli a sauvé l'honneur de l'équipe locale dans les dernières secondes.

Dans le même groupe G, le FC Barcelone a conforté sa première place avec un troisième succès en trois matches. Ce ne fut pas parfait, mais les Blaugrana ont battu le Dynamo Kiev (2-1) grâce à un nouveau but signé Lionel Messi sur penalty et une réalisation de Gerard Piqué. Belle performance aussi signée par le Borussia Dortmund, facile vainqueur en Belgique de Bruges (3-0, but de Thorgan Hazard et doublé d'Erling Haaland, le tout en 18 minutes chrono).