Ligue des champions CAF: Zamalek domine le Raja et rejoint Al Ahly en finale

·3 min de lecture

La finale de la Ligue des champions CAF sera 100% égyptienne. Après Al Ahly, qui a dominé le Wydad Casablanca, le Zamalek SC a validé son billet pour la finale en battant le Raja Casablanca en demi-finale retour mercredi 4 novembre (3-1, après une victoire 1-0 à l'aller). Tout s'est joué dans la dernière demi-heure.

C'est validé : le 27 novembre, pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions CAF, la finale opposera deux clubs d'un même pays. La configuration était pressentie avec ces demi-finales 50/50 avec deux clubs marocains (Wydad et Raja) face à deux clubs égyptiens (Al Ahly et Zamalek). Après la qualification d'Al Ahly face au Wydad, finaliste malheureux de la dernière édition, le Zamalek SC a glané sa place pour l'ultime rendez-vous contre le Raja mardi 4 novembre. Vainqueur à l'extérieur 1-0 à l'aller, le club égyptien s'est également imposé à domicile au retour, 3-1.

Le Raja y a cru durant une dizaine de minutes

Après une première période vierge de but, tout s'est emballé après la pause. Il n'a fallu que quelques instants aux Marocains pour remettre les deux équipes à égalité sur l'ensemble des deux matches. D'une frappe déviée à l'entrée de la surface, le Congolais Ben Malango a ouvert le score pour le Raja Casablanca (48e).

Secoué par ce but, Zamalek a repris ses esprits, s'est installé dans la moitié de terrain des visiteurs et a fini par trouver la faille. Achraf Bencharki, unique buteur à l'aller, s'est mué en passeur décisif pour Ferjani Sassi. Le milieu de terrain a vu un premier tir repoussé par la défense. Sa deuxième tentative, de l'extérieur du pied droit, s'est révélée aussi superbe qu'efficace : poteau rentrant et but de l'égalisation (61e).

Mostafa Mohamed a plié l'affaire

Les protestations des joueurs du Raja, qui ont cru voir une main égyptienne avant le but, n'ont servi à rien. Et dans les dernières minutes, la défense des Aigles Verts a volé en éclat. Après un débordement et un centre d'Ahmed « Zizo » Sayed, Mostafa Mohamed s'est élevé dans les airs et a smashé de la tête le ballon, qui a fini sa course au fond des filets (85e). Oublié par les défenseurs centraux sur une passe en profondeur de Sassi, le même Mohamed s'en est allé remporter son duel avec le gardien du Raja Mohamed Bouamira (88e), pour le but du KO. Achraf Bencharki en a ajouté un quatrième dans le temps additionnel, mais après de longues tergiversations, il a été annulé pour hors-jeu.

Ce sera donc bien une finale 100% égyptienne le 27 novembre : au stade Borg El Arab d'Alexandrie, Al Ahly, qui détient le record de victoires (8 sacres), va défier Zamalek (5 sacres, comme le TP Mazembe). Al Ahly court après une victoire depuis 2013 (finales perdues en 2017 et 2018), tandis que Zamalek n'a plus soulevé ce trophée depuis 2002 (finale perdue en 2016).