Ligue 1: le Paris SG doit se reprendre, et "ça urge"

Le Paris Saint-Germain joue mal, Christophe Galtier l'admet et promet du travail pour réactiver les automatismes de ses joueurs, avec un drôle de programme en huit jours: un amical en Arabie Saoudite et un tour de Coupe contre des amateurs.

"Ça urge" de retrouver le niveau d'avant la Coupe du monde, lance l'entraîneur parisien. "En ce moment, pour être franc, on est moins bon, moins beau dans le jeu", ajoute-t-il après la deuxième défaite en trois matches de Ligue 1 à Rennes (1-0), dimanche soir.

Invaincu toute la première moitié de saison, toutes compétitions confondues, le PSG flanche à un mois de son 8e de finale contre le Bayern Munich, le très gros rendez-vous d'un club obsédé par la Ligue des champions et qui a déjà perdu deux fois depuis la reprise après la Coupe du monde.

Et les deux fois il a été bousculé, battu logiquement. A Lens (3-1), le 1er janvier chez son Dauphin, puis en Bretagne. Et même la victoire entre-temps en championnat contre Angers (2-0), bon dernier de L1, n'avait pas rassuré Galtier.

Le technicien refuse les "mille excuses, mille raisons" qu'on "peut trouver" pour expliquer les états de forme disparates de ses joueurs et les automatismes un peu perdus après 45 jours par certains, comme les finalistes au Qatar Kylian Mbappé et Lionel Messi.

"La Coupe du monde est finie, même si on a été dispersé pendant huit semaines il faut qu'on retrouve beaucoup plus d'intensité dans le jeu", martèle le coach.

- "Des choix" -

"On va avoir une dizaine de jours pour travailler", se réjouit-il. Mais Galtier va devoir adapter son programme. Son équipe part en tournée promotionnelle dans la péninsule arabique avec un match amical de prestige jeudi contre une sélection des deux meilleurs clubs d'Arabie saoudite, Al-Hilal et l'Al-Nassr de Rudi Garcia et Cristiano Ronaldo.

Le possible dernier duel CR7-Messi a de la gueule, mais Galtier doit surtout renouer les fils de son jeu collectif.

Ensuite il y aura un déplacement dans le nord de la France, peut-être à Bollaert (Lens), pour jouer son 16e de finale de Coupe de France contre Pays de Cassel, une équipe de Régional 1 (6e division), lundi.

Pendant ces 15 jours jusqu'à la réception de Reims, le technicien prévoit notamment de la vidéo, "en montrant aussi le match d'Angers, pour comparer les bonnes périodes de l'équipe depuis le début de saison, et il y a eu beaucoup de bons matches, et ce qu'on fait maintenant".

"Les images vont parler d'elles-mêmes", grince Galtier.

- "Prise de conscience" -

Le champion de France 2021 avec Lille constate que son équipe en ce moment "manque beaucoup de verticalité et de vitesse dans nos transmissions". Il dénonce "trop de pertes de balle, trop de temps avant de faire une passe qui casse les lignes".

Neymar, comme souvent, a beaucoup porté le ballon, mais sans rien réussir au Roazhon Park. Messi a réussi quelques percées, mais trop peu. Et Mbappé, de retour de vacances, n'a joué que les 40 dernières minutes sans briller non plus.

"Est-ce que le ballon mettait trop de temps à arriver et incitait Leo et Ney à décrocher? Mais à partir du moment où on le faisait il manquait du monde là devant", regrette Galtier.

Le PSG a eu la possession "mais sans créer le danger, là est le problème", ajoute-t-il.

Le milieu portugais Vitinha n'est "pas inquiet. Toutes les équipes connaissent des hauts et des bas, peut-être vivons-nous une moins bonne période, mais il faut travailler, c'est la seule façon de s'en sortir. Nous devons nous reprendre pour montrer que nous sommes la meilleure équipe".

Galtier non plus ne va "pas parler d'inquiétude, mais il doit y avoir une prise conscience".

Il y a "des équipes derrière", avec Lens (2e) à trois points et Marseille (3e) à cinq, note le coach. "C'est un championnat très serré, mais je n'ai pas pour habitude de regarder à ce moment-là de la saison le classement. J'ai du travail, je me concentre sur les prestations de mon équipe et en ce moment elles ne sont pas très bonnes..."

eba/ll/cd/