Ligue 1: Monaco sauvé par son réalisme et Falcao à Angers

Le Colombien Radamel Falcao buteur pour Monaco contre Angers, félicité par son coéquipier Nabil Dirar, le 8 avril 2017 au stade Raymond Kopa

Angers (AFP) - Bousculé comme rarement cette saison, Monaco a fait preuve d'énormément de réalisme pour gagner à Angers grâce à un but de Falcao (1-0), samedi pour la 32e journée de Ligue 1, à trois jours du quart de finale aller de Ligue des champions à Dortmund.

Mis sous pression par la victoire de Nice à Lille vendredi (1-2), Monaco, avec 74 points, a repris quatre unités d'avance sur les Aiglons (qui comptent un match en plus) et six sur le Paris SG (un match en moins) qui reçoit Guingamp dimanche.

Pour Angers, cette défaite un peu cruelle n'aura pas un gros impact au classement puisque le SCO est assuré de rester 12e avec 39 points.

Malgré la proximité d'un déplacement périlleux à Dortmund en C1, Leonardo Jardim n'a pas pu faire l'économie d'aligner une équipe compétitive.

"Jouer à l'extérieur c'est toujours difficile en Championnat de France, mais jouer à Angers c'est plus difficile", a-t-il admis après le match.

"On a pris des joueurs plus costauds, meilleurs de la tête, un peu plus agressifs, comme Dirar ou Touré pour se donner la possibilité d'aller à la guerre", a-t-il expliqué.

Avec Bernardo Silva, une attaque Radamel Falcao-Valère Germain, et un Kamil Glik qui tenait finalement sa place en défense centrale, le leader avait cependant belle allure.

- Monaco longtemps méconnaissable -

Et au vue de la première période cataclysmique de son équipe, totalement méconnaissable, Jardim a bien fait.

Patauds dans la construction, souvent gênés par le pressing angevin, et hésitants en défense, c'est un miracle - et une bonne dose de maladresse adverse - qui a permis à l'ASM de traverser les 45 premières minutes sans encombre.

Almamy Touré, 21 ans, titularisé à droite, a tout particulièrement vécu un enfer face à Karl Toko Ekambi.

Le Camerounais a eu les plus grosses occasions, en s'emmenant le ballon dans la surface, avant de tirer dans le petit filet (16) ou en étant tout près de prendre Danijel Subasic à contre-pied sur un coup-franc à 20 mètres (26).

Monaco a encore affiché ses lacunes du jour sur une hésitation de Touré, qui a permis à Toko Ekambi de récupérer un ballon près de la surface. Il a contourné Glik et Jemerson, mais il a trop croisé sa frappe ensuite, avant que Diedhiou ne rate un face-à-face avec Subasic (30).

- Falcao à point nommé -

Mais une équipe qui n'arrive pas à concrétiser ses temps forts face aux Rouge et Blanc est une équipe en danger et cela s'est encore vérifié.

Trop court pour couper un centre au cordeau de Germain (13) et auteur d'une déviation de la cuisse sans grand danger (35), Falcao était en revanche à point nommé pour convertir un centre en retrait parfait de Nabil Dirar et prendre Alexandre Letellier à contre-pied (0-1, 61) pour son 17e but de la saison en Championnat.

Letellier réussissait pourtant une triple parade en quelques secondes sur une reprise à bout portant de Germain, une tête de Lemar et une autre de Falcao (72). Il sauvait encore les siens devant Touré au début du temps additionnel.

Mais signe que la réussite était décidément du côté de la Principauté ce samedi, le poteau venait encore sauver Subasic à cinq minutes de la fin.

"A la 83e minute, on met sur le poteau et ça résume assez bien le match. Ce soir, je considère, en étant objectif, qu'ils ont eu la chance du champion", a commenté l'entraîneur angevin Stéphane Moulin, mi-fier, mi-dépité.

Un scénario qui ne pourra toutefois pas se produire à chaque match pour sauver les Monégasques.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages