Ligue 1 : sacré champion de France, Lille met fin à trois années de règne du PSG

·3 min de lecture

Pour la quatrième fois de son histoire, le Losc a été sacré champion de France, dimanche, en battant Angers 2-1. Il succède ainsi au Paris SG qu'il devance d'un point et prive ainsi d'un dixième titre.

Vainqueur à Angers 2-1 lors de la dernière journée, Lille a été sacré champion de France de Ligue 1, dimanche 23 mai, pour la quatrième fois de son histoire – et la première depuis 2011, mettant fin à trois années de règne du Paris Saint-Germain.

Des buts de Jonathan David (9e) et Burak Yilmaz (45e+1 s.p.) ont offert au Losc la victoire qu'il lui fallait pour être champion.

Le PSG, vainqueur à Brest (2-0), a bien espéré un faux pas des Lillois pour repasser en tête, mais jamais son rêve n'a pris forme lors du "multiplex".

Régularité récompensée

La saison folle qui vient de s'achever, chamboulée par la pandémie de Covid-19 et qui s'est déroulée à huis clos, a accouché d'un dénouement sans rebondissement pour le duo de tête.

Lille, qui a passé la moitié de la saison à la première place, a vu sa régularité récompensée, devant des Parisiens dont les huit défaites constituent un record de l'ère qatarienne démarrée il y a dix ans.

Le passage de relai entre les deux équipes s'est effectué le 3 avril, quand les Nordistes ont gagné au Parc des princes (1-0) grâce à David.

L'attaquant canadien a frappé à nouveau dans un match crucial, cette fois au stade Raymond-Kopa, après un service en profondeur de Renato Sanches.

Cette ouverture du score rapide a libéré la formation de Christophe Galtier, qui avait regretté la "crispation" de ses joueurs le week-end dernier, contre Saint-Etienne (0-0).

Un titre que Paris monopolisait depuis 2018

Yilmaz, un autre homme fort du système lillois, a scellé le match avant la mi-temps, sur penalty. Romain Fulgini a réduit l'écart en fin de match (90e+1), trop tard pour faire flancher les "Dogues".

L'attitude du "Kral" ("roi" en turc) Burak a tranché avec celle de Neymar qui, plus tôt dans la soirée, a raté sa tentative face à Gaëtan Larsonneur (19e). Le raté du Brésilien, habituellement impérial dans cet exercice, a incarné la soirée difficile qu'ont passé les Parisiens, pris sous l'averse à Francis-Le Blé.

Dans un match terne, Angel Di Maria a évité au club une mauvaise surprise, en marquant sur un corner qu'a dévié Romain Faivre (37e).

Après une période de domination finistérienne, Kylian Mbappé a doublé la mise en contre (71e), le 27e but en L1 de l'attaquant élu meilleur joueur de la saison.

Certes, Paris doit céder un titre qu'il monopolisait depuis 2018, mais l'équipe s'est qualifiée pour la phase de groupes de la Ligue des champions, un scénario qui n'était pas assuré avant la dernière journée.

Quatrième à un point de Monaco au coup d'envoi, Lyon a beaucoup rêvé de C1. À la mi-temps, l'OL tenait son objectif, en menant face à Nice (2-1) grâce au doublé de Karl Toko Ekambi (14e, 40e), pendant que l'ASM se heurtait à Lens (0-0).

Mais quinze minutes après le retour des vestiaires, la soirée a viré au cauchemar, après des buts de Hassane Kamara (50e) et William Saliba (57e) qui ont mis les Aiglons en tête (3-2).

Face à une équipe qui n'a plus rien à jouer, les hommes de Rudi Garcia ont déjoué dans des proportions inattendues au vu de leur bonne dynamique.

Avec AFP