L'IGPN saisie après la garde à vue de Gabriel, 14 ans, passé à tabac

Alexandre Boudet
L'IGPN dirigée par Brigitte Jullien a été saisie après les accusations d'un adolescent.

FAIT DIVERS - La police des polices est saisie après cette nouvelle affaire qui va relancer le débat sur les violences policières. Selon LCI, c’est le parquet de Bobigny qui a décidé, vendredi 29 mai, de saisir l’IGPN après les accusations portées par la famille d’un adolescent défiguré, à l’issue d’un passage au commissariat de Bondy dans la nuit du 25 au 26 mai.

Selon Le Bondy Blog, Gabriel, 14 ans, a été arrêté avec un ami alors qu’ils tentaient de voler un scooter dans une rue de la ville. Le récit qu’il fait de son arrestation est glaçant.

“Il y avait trois garçons et une femme. Ils m’ont plaqué au sol, ils ont mis un genou sur ma tête, un genou sur mes épaules, ils m’ont mis les menottes. La femme qui est blonde tenait mes chevilles pendant qu’un agent barbu, assez gros, me donnait des coups de botte dans la tête”, explique-t-il au média en ligne. 

Un appel de la police, puis de l’hôpital

Il est alors emmené au commissariat. Aux alentours de 4h, la police prévient la maman que son fils est en garde à vue pour le vol d’un scooter. L’appel suivant viendra des urgences pédiatriques de l’hôpital de Bondy; les médecins diagnostiquent notamment une fracture de la zone orbitale, raconte Le Parisien. Il a en outre trois dents cassées.

C’est dans cet état que sa famille le retrouve; les photos publiées par le Bondy Blog le montrent en effet le visage tuméfié. “Il était tout gonflé, il n’arrivait pas à parler. Il n’a pas mangé pendant trois jours et pas dormi non plus, comme nous tous. Pourquoi l’ont-ils battu comme un chien?”, se demande sa maman dans Le Parisien.

“A la vue de la police, l’ado s’est enfui, il a fait une chute et s’est rebellé lors de son interpellation”, indique à l’AFP une source policière.  La police l’a conduit à l’hôpital “pour vérifier la compatibilité de son état avec une garde à vue”, poursuit cette source. 

L’IGPN doit désormais élucider les circonstances de cette interpellation qui intervient quelques jours seulement après la polémique née des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post