L'IGPN chargée de plus de 1000 enquêtes judiciaires au cours de l'année 2020

·2 min de lecture
L'IGPN (PHOTO D'ILLUSTRATION)  - Stéphane de Sakutin - AF
L'IGPN (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Stéphane de Sakutin - AF

Après une année 2019 record, la police des polices a retrouvé en 2020 une activité comparable à celle de 2017 ou 2018 en nombre d'enquêtes judiciaires, sous l'effet de l'essoufflement du mouvement des "gilets jaunes" et des confinements, selon le rapport annuel de l'IGPN publié mardi.

En 2020, l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de 1101 enquêtes judiciaires contre 1460 en 2019, a indiqué Brigitte Jullien, cheffe de l'IGPN, en présentant devant la presse son rapport annuel.

Un peu moins de la moitié de ces enquêtes (532, 48,5%) concerne des faits allégués de violence, en baisse de 39% par rapport à 2019. Ces recours contestés à la force ont eu lieu dans 41,5% des cas lors d'une interpellation ou d'une opération assimilée, et dans 21,5% des cas lors de manifestations ou de services d'ordre.

Hausse des saisines pour les allégations d'injures à caractère raciste ou discriminatoire

En 2020, les saisines relatives à des allégations d'injures à caractère raciste ou discriminatoire ont été en légère hausse par rapport à l'année précédente (38 enquêtes contre 21 en 2019).

Le rapport de l'IGPN note une diminution "des 2/3 des enquêtes pour corruption" qu'elle soit active (19 contre 52) ou passive (14 contre 32). Celles ayant trait à des allégations de vols sont en baisse pour la 5e année consécutive (75 contre 89).

Brigitte Jullien a souligné que l'IGPN n'était saisie que "des affaires les plus graves soit 10% du montant total des affaires".

En 2020, 173 enquêtes administratives pré-disciplinaires (224 en 2019, en baisse de 30%) ont été ouvertes. En ce domaine, également, l'IGPN ne traite que les affaires graves ou à fort retentissement.

Des enquêtes liées au mouvement des gilets jaunes pas encore achevées

La cheffe de l'IGPN a présenté pour la première fois un focus sur les enquêtes liées au mouvement des "gilets jaunes", qui sera amené à évoluer, toutes les enquêtes n'étant pas encore achevées.

A la date du 31 mars 2021, l'Inspection a été saisie de 456 enquêtes à la suite de plaintes invoquant des violences. 88% (406) ont été closes. "70% des saisies ont été classées sans suite, pour infraction non caractérisée ou absence d'infraction. "Pour 70% des classements, l'autorité judiciaire a conclu à la légitimité de l'usage de la force, les 30% restants résultant notamment de l'impossibilité d'identifier les agents ou d'établir l'existence de faits", a expliqué Brigitte Jullien.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles