Le lignite aurait été utilisé par les Mycéniens il y a plus de 3000 ans

·2 min de lecture

Pendant longtemps, les archéologues se sont demandé comment la civilisation mycénienne avait pu produire les innombrables poteries retrouvées dans tout le monde méditerranéen. Selon une récente étude, ce serait grâce à l'utilisation systématique du lignite comme combustible. Une explication surprenante, qui indique que le lignite était extrait en Grèce mille ans plus tôt qu'on ne le pensait.

3000 ans avant de jouer un rôle central dans la révolution industrielle de l’ère moderne, le charbon, et plus précisément le lignite, aurait contribué au développement de la civilisation mycénienne dans la Grèce de l’âge du bronze. L’étude publiée dans qui vient de le démontrer apporte la plus ancienne preuve à ce jour de l’exploitation et de l’utilisation de lignite en Europe.

Le lignite a été exploité par les Mycéniens à l'âge du bronze

La civilisation mycénienne qui s'est développée dans le sud de la Grèce et en Crète entre 1600 et 1100 avant notre ère reposait sur une administration palatiale dont la puissance se traduisait non seulement par sa capacité à conquérir les territoires, mais également par sa maîtrise de techniques artisanales qui lui ont permis d’asseoir son pouvoir économique. Si l'on connaît surtout les chefs d’œuvres funéraires, tel le masque en feuille d’or dit "d’Agamemnon", Mycènes et les complexes palatiaux qui lui étaient reliés sont également à l’origine d’une production de masse d’objets en céramique et en bronze de grande qualité. Comme le montre à présent une équipe internationale de chercheurs sous la direction de l’archéologue Philipp Stockhammer de l’Université Louis-et-Maximilien de Munich (Allemagne), cette production à grande échelle n’a sans doute été possible il y a plus de 3000 ans que grâce à l’utilisation systématique du lignite pour alimenter les fours de cuisson et de fusion de multiples ateliers. Il s’agit de la preuve la plus ancienne de l’exploitation et de l’utilisation du lignite en Europe.

Le tartre dentaire, une véritable mine d’or

Cette conclusion est une véritable surprise pour les chercheurs. En premier lieu parce que leur étude portait initialement sur les pratiques culinaires de la Méditerranée orientale et sur l’approvisionnement en combustible au cours du 2e millénaire avant notre ère. Or, comme le raconte Philippe Stockhammer dans un communiqué de presse, en examinant 80 échantillons de tartre dentaire prélevé[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles