«La ligne rouge est franchie» : à Marseille, les urgences pédiatriques en grève pour plus de moyens

Toux, fièvre, difficulté de respiration....si votre enfant se réveille avec ces symptômes, il est peut-être atteint d'une bronchiolite , une maladie parfois dangereuse qui touche tout le territoire. Néanmoins, à Marseille, la bronchiolite prend une toute autre mesure. Les urgences pédiatriques de la Timone sont en grève depuis 6 heures ce lundi matin. Cette grève est le dernier recours pour alerter sur l'état du service, débordé par une épidémie précoce, les passages pour bronchiolite ont donc doublé en un mois. Le syndicat Sud Santé réclame des embauches massives car 15 % des lits sont fermés, faute de personnel.

40 % de surcharge de travail

Dans les couloirs de la Timone, les salles d'attente sont saturées avec l'épidémie de bronchiolite. La surcharge de travail s'élève à 40 % dans des services déjà sous tension. "La ligne rouge est franchie. Aujourd'hui, on a plus de patients et on a moins de personnels. Le personnel est démoralisé parce qu'il faut savoir que les collègues n'arrivent même plus à poser leurs congés et ils veulent carrément changer de métier. Des chimiothérapies pour enfants sont reportées", dénonce Cadière Ben Ayad, délégué Sud Santé, au micro d'Europe 1.

>> LIRE AUSSI - Épidémie de bronchiolite et tensions en pédiatrie : le cri d'alarme des professionnels de santé

Manque de matériels

Ce syndicaliste s'inquiète d'un recours de plus en plus fréquent aux intérimaires. Il déplore également un manque de moyens matériels : "Aujourd'hui, le personnel arri...


Lire la suite sur Europe1