Comment lier urbanisme et agriculture

·1 min de lecture

"On devrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur." Ce trait d'humour que l'on a coutume de prêter à Alphonse Allais résonne étrangement un siècle et demi plus tard, alors que les urbains, pétrifiés puis asphyxiés par des confinements successifs en ville, envisagent de changer de vie pour satisfaire un besoin devenu urgent d'espace et de verdure, ­d'authenticité, de mieux vivre, mieux respirer ou mieux manger. Mais alors, ­comment faire? Pas toujours facile de quitter une vie, une ville, une métropole, un bassin d'emploi. Le président du Conseil supérieur du notariat rappelle que 80% de la population française vit en agglomération. La solution est-elle alors de faire venir la campagne en ville, de la remettre de manière durable dans les centres urbains?

Il y a un net frémissement de ce côté-là, car le local et le circuit court sont dans l'air du temps. La plus grande ferme urbaine ­d'Europe se trouve sur le toit du palais des expositions de Paris, avec 135 parcelles de 1 mètre carré, rappelle David Ambrosiano. Ironie du sort, elle est donc posée sur le temple du mythique ­rassemblement annuel agricole, le Salon de ­l'agriculture, dont nous ­attendons avec impatience la 58e édition, ­supprimée l'an dernier pour cause de Covid.

La notion importante d'agriculture périurbaine

Deux agricultures sous et sur le même toit, deux mondes : sont-ils compatibles? David Ambrosiano se demande si l'agriculture dite urbaine n'est pas destinée "aux bobos en mal de verdur...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles