Les liens particuliers d’Oxford avec l’industrie des combustibles fossiles

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Les auteurs du rapport espèrent que l'université d'Oxford mettra fin à toutes les recherches qui contribuent à l'extraction de combustibles fossiles (photo d'illustration).
Les auteurs du rapport espèrent que l'université d'Oxford mettra fin à toutes les recherches qui contribuent à l'extraction de combustibles fossiles (photo d'illustration).

C'est un rapport qui pourrait mettre dans l'embarras la célèbre université d'Oxford. Rédigé par des étudiants actuels et d'anciens élèves, il met en lumière les liens de l'établissement avec l'industrie des combustibles fossiles, explique The Guardian. Depuis 2015, Oxford aurait ainsi reçu 11 millions de livres sterling, soit environ 12,7 millions d'euros, de donations de la part de géants de l'industrie pétrolière, gazière ou pétrochimique, à l'instar d'ExxonMobil, Schlumberger Limited ou BP.

Ce chiffre ne tient pas compte d'un don de 100 millions de livres sterling (environ 115 millions d'euros) de la part du conglomérat pétrochimique Ineos pour financer un nouvel institut destiné à étudier la résistance aux antimicrobiens. Un « exemple clair de greenwashing », accusent les auteurs de ce rapport, qui demandent à l'université de rompre ses liens avec ce genre d'entreprises. Ils espèrent aussi qu'Oxford va mettre fin à tous ses liens avec l'industrie des combustibles fossiles et à toutes les recherches qui contribuent à l'extraction de combustibles fossiles, notamment.

Greenwashing

Une partie des donations pointées du doigt ont été versées en tant que subventions de recherche. L'autre, sous forme de dons. Cet argent aurait été utilisé pour divers projets, dont certains travaux pour BP dans le but d'enquêter sur la physique des déversements d'hydrocarbures et des réservoirs de pétrole, par exemple. Selon les auteurs de ce rapport, l'Oxford Institute of Energy [...] Lire la suite