Le lien entre le décès d’un étudiant nantais et le vaccin AstraZeneca se précise

·1 min de lecture

Les résultats étaient attendus par l'ensemble des proches de cet étudiant. Le rapport d'autopsie de l'étudiant en médecine de Nantes mort après avoir été vacciné contre le Covid-19 avec le vaccin AstraZeneca "renforce l'hypothèse d'un lien de causalité" entre l'injection et le décès, a affirmé samedi 1er mai l'avocat de la famille.

"L'expertise indique que la cause du décès est une thrombose abdominale (...) au niveau de la rate avec des caillots très récents", a expliqué à l'AFP Me Etienne Boittin, avocat à Saint-Nazaire. Le rapport ne mentionne "aucune infection, virus, cancer ou tumeur, qui peuvent générer des thromboses".

Ainsi, selon l'avocat, "le rapport d’autopsie ne dit pas que l’injection de l'AstraZeneca est la cause du décès. Mais il élimine un certain nombre de causes possibles et renforce l’hypothèse d’un lien de causalité entre l’injection de l'AstraZeneca et la survenance du décès". Le jeune homme avait été vacciné le 8 mars et est décédé le 18 mars.

Le pôle santé publique du parquet de Paris s'est saisi de trois enquêtes ouvertes à la suite de plaintes déposées par les familles de personnes décédées après avoir été vaccinées contre le Covid-19 avec l'AstraZeneca.

>> A lire aussi - Vaccin AstraZeneca : l’Allemagne pas pressée de lancer des poursuites en justice

Ce pôle santé publique, compétent pour mener des investigations concernant les infractions d'une grande complexité liées à un produit de santé, dirige désormais les enquêtes préliminaires ouvertes pour "homicide (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Macron espère "un nouveau modèle de prospérité" post-Covid
Quelles pathologies permettent de se faire vacciner à tout âge dès le 1er mai ?
Cluster et suspicion de variant indien dans un navire amarré au Havre
Le Canada retarde la livraison de 300.000 doses de vaccin Johnson & Johnson
Une start-up américaine interdit les conversations politiques et perd un tiers de ses salariés