Licenciement de Stéphane Guy : le but de Vincent Bolloré, "c’est de faire régner la terreur" à Canal +, affirme la journaliste Isabelle Roberts

franceinfo
·1 min de lecture

Le but du licenciement du journaliste sportif Stéphane Guy, survenu le 24 décembre, "c’est de faire régner la terreur" au sein de Canal+, affirme sur franceinfo mercredi 30 décembre, Isabelle Roberts, journaliste, co-fondatrice du site LesJours.fr et co-autrice de l’enquête “L’empire : comment Vincent Bolloré a mangé Canal ". Elle y explique que des journalistes de la chaîne ont été "menacés" par leur direction car "il ne fallait pas dire un mot à l'antenne en faveur de Stéphane Guy."

"Faire un exemple avec Stéphane Guy"

Stéphane Guy avait été mis à pied à la suite de son message de soutien adressé à l'humoriste Sébastien Thoen, le 9 décembre, avant le coup d'envoi de la seconde période du match Montpellier-Paris : "Je veux saluer l'ami Sébastien Thoen qui n'a pas eu la sortie qu'il aurait mérité. On lui souhaite bon vent", avait-il dit à l'antenne.

"Vincent Bolloré a voulu faire un exemple avec Stéphane Guy, comme il voulait faire un exemple avec Sébastien Thoen", estime Isabelle Roberts. L'humoriste avait lui-même été licencié pour avoir participé à un sketch parodiant une émission de Pascal Praud, sur Cnews, autre chaîne du groupe Canal .

"Les journalistes de Canal ont été réunis par la direction pour carrément les menacer, leur dire qu'il ne fallait pas dire un mot à l'antenne en faveur de Stéphane Guy."

Isabelle Roberts

à franceinfo

150 journalistes et collaborateurs du service des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi