Libye : le Secrétaire général de l’ONU met en garde contre la prolifération des armes malgré l’embargo

Alain Chémali
Parallèlement à son appel à l’apaisement entre les parties en conflit en Libye, le Secrétaire général de l’ONU lance une nouvelle alerte. Il s’inquiète de l’armement entrant dans le pays en dépit de l’embargo imposé depuis 2011.

Qui donc continue à armer les belligérants en Libye, malgré l’embargo imposé par l’ONU après la chute du régime de Kadhafi ? Telle est la question que soulèvent les dernières déclarations d'Antonio Guterres.

"Des transferts d'armes dans le pays, y compris via la mer"

Déjà préoccupé par les combats près de Tripoli, le Secrétaire général de l'ONU s’est en effet inquiété, dans un rapport obtenu le 12 mai 2019 par l'AFP, de l’armement continuant à entrer dans le pays. "Je suis profondément préoccupé par les opérations militaires actuelles en Libye qui seraient alimentées par des transferts d'armes dans le pays, y compris via la mer", écrit-il dans ce document portant sur la mission européenne Sophia. Accréditée depuis 2016 par l'ONU, cette mission est autorisée à inspecter les navires croisant au large de la Libye.

Trois inspections ont été menées par des Européens en septembre, novembre et janvier, mais aucune arme n'a été trouvée, précise le rapport qui vient d'être remis au Conseil de sécurité. Dans une déclaration faite le même jour à Bruxelles, les Européens ont en tout cas insisté sur "l'engagement à respecter l'embargo sur les ventes d'armes" à la Libye.

Si la mission Sophia, un moment menacée, a été prolongée jusqu'au 30 septembre, ses moyens navals ont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi