Libye: l'aviation du maréchal Haftar pilonne Misrata

La nouvelle opération de l’armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar a été lancée dans la nuit du 7 mai avec une série de 18 frappes aériennes visant la ville de Misrata. L’académie militaire de la ville, son centre d’opération dirigée par des soldats turcs ainsi que les dépôts de munitions à l’aéroport ont été visés. Ces derniers ont provoqué une forte explosion. Les dépouilles de deux soldats turcs auraient été transmises à l’hôpital de Misrata.

Après cette première série de frappes visant Misrata, l’aviation de l’ANL a pilonné les positions des forces du gouvernement d’union nationale dans plusieurs villes : Zliten, Gheryane, Ejeilat et Zouara.

Quant à la capitale libyenne, elle a connue une nuit très violente et a été bombardée à l’artillerie lourde. Dans le quartier d’Abou Slim, des témoins font état de fortes déflagrations, dus à l’explosion des dépôts d’armes suite aux bombardements. Selon eux, les combats sont inédits. Plusieurs habitations ainsi que des véhicules ont été touchés. Le GNA déplore la mort de plusieurs civils.

« Ce sont des opérations tactiques pour défendre le territoire face à la Turquie » a affirmé Ahmad al Mismari, porte-parole de l’ANL, mercredi lors d’une conférence de presse tardive. Il est revenu sur l’attaque de la base al-Watiya, ayant eu lieu ce mardi, en affirmant que ses forces ont perdu huit hommes mais qu’ils ont fait échoué l’attaque du GNA. 

En mars dernier le GNA basé à Tripoli avait lancé l’opération « tempête de paix ». Moins d’un mois après, le 13 avril le gouvernement d’union nationale avait reconquis plusieurs villes stratégiques à l’ouest libyen en les arrachant aux forces de Khalifa Haftar. Ils ont cependant échoué à reprendre la base al-Watiya ainsi que la ville de Tarhouna, en possession également des forces de Khalifa Haftar. Ce jeudi, ils n’ont pas réussi non plus à conquérir l’aéroport international de Tripoli sous contrôle de l’ANL. 

Faisant allusion aux déclarations du président turc Erdogan qui a annoncé lundi soir s’attendre à « des bonnes nouvelles de la Libye », le général Ahmad al-Mismari, a promis, de son côté « des agréables surprises » pour Ankara, l’allié de Tripoli, en Libye.