Libye : à Misrata, le béton turc place ses pions

·2 min de lecture

La Libye, 10 ans après le début de l’insurrection qui a fait tomber Mouammar Kadhafi, espère toujours la formation d’un gouvernement sous l’égide de l’ONU. Originaire de Misrata, la puissante cité portuaire, Abdulhamid Dbeiba est chargé de cette lourde tâche. A Misrata, certains sont déjà prêts pour le chantier de la reconstruction, les hommes d’affaires turcs.

De notre envoyée spéciale à Misrata, Aabla Jounaidi

Au sud de Misrata, non loin de l’aéroport. 100 000 m2 de terrain propriété de la société Karanfil Construction. Sinan Kaya est son président. « Nous sommes en Libye depuis peu. Donc pour montrer ce qu’on sait faire, nous avons investi dans ce terrain », explique l’ingénieur.

Sur cet immense terrain qu’il exploite avec un partenaire libyen, Sinan Kaya envisage de nombreux projets. « On y bâtit une usine de préfabriqués en béton pour toutes sortes de construction et une usine à béton. On a aussi un projet pour la production d’asphalte. L’usine est bientôt terminée, on attend juste un dernier chargement de Turquie. On a aussi présenté un projet d’aéroport à nos partenaires misratis. Ça leur a plu, on verra bien. »

L’enjeu pour cette entreprise est que tout soit produit sur place afin d’être le plus compétitif possible. Aéroport, usines, centre commerciaux, centres logistiques sur le port, les entreprises turques ont de l’appétit. Elles étaient déjà sur place avant la chute de Mouammar Kadhafi. Officiellement, les entreprises de toutes les nations sont les bienvenues pour participer à la reconstruction.

En réalité, les sociétés turques ont bien une longueur d’avance. La Turquie, après son engagement militaire aux côtés du Gouvernement d’union nationale de Tripoli entend bien récolter les fruits de ce soutien. « Les relations entre nos deux nations sont anciennes, rappelle Sinan Kaya. Indépendamment de la politique, le commerce n’a jamais cessé entre nous, même pendant les guerres. » Les besoins sont immenses en tout cas. Après les combats, tout est à reconstruire.