"Pour une libre critique des religions, soutenons les lycéens et étudiants de Dernier Espoir"

·1 min de lecture

Vigilance Universités et Vigilance Collèges Lycées, réseaux de veille contre le racisme, l'antisémitisme, le racialisme et le communautarisme, et pour la défense de la laïcité, soutiennent l'association Dernier Espoir, menacée pour avoir défendu la jeune Mila.

La censure religieuse a-t-elle définitivement triomphé en France ? On aimerait que ce ne fût pas le cas, mais on se prend à douter. Six ans après l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, ils sont rares, ceux qui osent encore se risquer à la moindre moquerie envers le Tout-Puissant, au plus inoffensif dessin mettant en scène un personnage barbu, surtout s’il est coiffé d’un turban. Et à peine plus nombreux, ceux qui défendent publiquement leur liberté de s’exprimer.Une surveillance haineuse s’exerce sur les réseaux sociaux. Nouvelle proie pour la meute des excités du clavier : le collectif laïque Dernier Espoir. Âgés d’une vingtaine d’années, les membres de ce réseau s’inquiètent de la désaffection d’une partie de leur génération pour la laïcité – et donc pour la liberté. À l’image de leurs aînés, qui s’étaient opposés en 1988 aux intégristes catholiques décidés à empêcher la diffusion de la Dernière Tentation du Christ, ces jeunes gens ont entrepris de la faire vivre. Avec panache. Ils n’aiment pas que l’on s’en prenne à leur amie Mila – vous savez, la jeune fille aux coiffures originales et aux conceptions théologiques non moins décoiffantes – et prennent publiquement sa défense, pour être aussitôt...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République