Librairies classées "commerces essentiels" : une heureuse surprise pour les professionnels et les lecteurs

Musarder parmi les rayons, se laisser séduire par quelques mots alléchants, désormais même en cas de confinement, cela restera possible. Le décret, adopté vendredi 26 février par le gouvernement, a créé une heureuse surprise au sein de la plus ancienne librairie de Béziers (Hérault). Adieu le "cliquer et collecter", comme les pharmacies et les commerces de bouche, la librairie indépendante restera ouverte, au grand bonheur des flâneurs. "Quoi qu’il arrive, on pourra toujours avoir accès aux livres" Même soulagement dans une librairie d’Angoulême (Charente). L’écrivain Philippe Besson y dédicaçait, samedi 27 février, son dernier roman Le Dernier enfant. Pour lui, rencontrer ses lecteurs est, comme les librairies, essentiel. "C’est comme une espèce de chose qui nous rassure, se dire que justement dans cet environnement si hostile et imprévisible (…) il y a une petite lumière et il y a l’idée que, quoi qu’il arrive, on pourra toujours avoir accès aux livres", se réjouit le romancier. Les disquaires entrent eux aussi dans la catégorie des commerces essentiels.