De sa librairie à l’UE, la politique en crescendo

Libération.fr

Le nouveau président du SPD, Martin Schulz, a mené en Allemagne puis dans les institutions européennes une carrière sans raccourcis et en ascension constante.

«En Allemagne, tout le monde croit que Martin Schulz est un homme neuf, alors que pour nous, les Européens, c’est un vieux politicien madré, s’esclaffe un député européen qui compte. Sa percée est totalement inattendue !» C’est peu dire qu’à Bruxelles, la progression fulgurante dans les sondages de l’ancien président social-démocrate du Parlement européen (2012-2017) laisse tout le monde pantois. Au mieux, on s’attendait à ce qu’il fasse de la figuration face à une Angela Merkel qui semblait jusque-là indéboulonnable, même si la crise des réfugiés a boosté l’extrême droite de l’AfD, mais pas au point de représenter une menace sérieuse pour la chancelière. «Il joue très bien sa partition d’enfant du peuple, ancien alcoolique et fumeur repenti, qui s’est fait tout seul», apprécie ce même député.

Dégâts sociaux

De fait, Schulz rompt avec les canons d’un SPD embourgeoisé qui s’est éloigné des préoccupations de son électorat depuis le règne du très élégant Gerhard Schröder, amateur de belles femmes, de costumes coûteux et d’argent facile, mais surtout père des réformes «Hartz» qui ont libéralisé le marché du travail au détriment des plus faibles. Pourtant, Schulz, qui est membre du bureau politique du SPD depuis 1999, a été l’un des plus fidèles soutiens du dernier chancelier social-démocrate que l’Allemagne ait connu (1998-2005). Mais son éloignement de la scène politique allemande joue en sa faveur : cet homme du peuple convainc lorsqu’il affirme vouloir réparer les dégâts sociaux causés par les réformes Schröder. Car Martin Schulz n’est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche. Fils de maréchal-ferrant et policier, ce cadet d’une fratrie de cinq qui a vu le jour en 1955 à Eschweiler, à côté d’Aachen (Aix-la-Chapelle) - à deux pas de la France, mais aussi de Liège et de Maastricht -, ne termine pas le (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Allemagne Martin Schulz rallume la flamme du SPD
Erdogan accuse de nouveau Merkel d’avoir recours à des «pratiques nazies»
1
Ultimes assauts contre l’EI à Mossoul
Trump-Merkel, un clash logique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages