Liban : "On est dans une des pires phases de l'histoire du pays", alerte Alexandre Najjar

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il dresse un portrait sombre de son pays, et ne cache pas son inquiétude pour l'avenir. Samedi, sur Europe 1, l'écrivain et avocat libanais Alexandre Najjar est revenu sur la grave crise politique et économique qui frappe son pays, qui panse également encore les plaies de l'explosion au port de Beyrouth l'an dernier. "Je pense que dans l'histoire du Liban contemporain, jamais on n'a connu une crise aussi grave", confie-t-il au micro de Jean-Pierre Elkabbach.

"Les hôpitaux manquent de tout"

"C'est vraiment la catastrophe à tous les niveaux", raconte Alexandre Najjar. Et de décrire : "Les écoles ont des problèmes très graves, les hôpitaux manquent de tout, les pharmacies sont pratiquement vides, il y a une pénurie de plusieurs produits alimentaires, l'électricité, c'est une calamité."

>> LIRE AUSSI - Explosions au port de Beyrouth : un an après, où en est l'enquête ?

A cause de la pénurie d'essence, "des files interminables" se forment devant les stations, au point que "quelquefois, les automobilistes abandonnent leur véhicule pour revenir le lendemain", raconte encore l'invité d'Europe 1, pour qui le pays est dans un "état catastrophique". 

"Les réformes n'ont pas eu lieu"

"On est dans une des pires phases de l'histoire du pays", insiste Alexandre Najjar, qui s'inquiète pour l'avenir des Libanais, malgré leur courage face aux épreuves. "On a beau avoir cette volonté de toujours résister, à un moment, à force de tirer sur la corde, elle a fini par rompre." 

Pour Alexandre Na...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles