Liban: l'armée entraînée dans la crise économique

·2 min de lecture

Chaque jour le Liban plonge un peu plus bas dans la crise économique. Face à la situation, la France a d'ailleurs demandé en début de semaine d'actionner des leviers contre les dirigeants libanais afin de les forcer à agir pour sortir de la crise. Face à la pauvreté qui frappe la majorité des Libanais, l'armée refuse maintenant d'utiliser la force face à des manifestants qui partagent les mêmes préoccupations.

Voilà plusieurs années que le budget de l'armée diminue progressivement. Aujourd'hui selon le général à la retraite Georges Nader il n'est tout simplement plus possible pour les militaires de faire leur travail. « Comment une armée peut être fonctionnelle avec une réduction de 90% d’armements, de munitions et d’entraînements ? Comment ? Pour un soldat dont la femme n’a pas de paie et qui ne peut pas assurer un minimum de nourriture pour sa famille. Qu’est-ce qu’il peut faire ? Il arrive dans sa caserne et sa tête reste chez lui. »

L'armée, un des piliers de la stabilité du Liban

Pourtant l'armée est l'un des piliers de la stabilité du Liban. Elle est même le seul encore debout, selon le chercheur Aram Nerguizian du Carnegie Middle East Center de Beyrouth : « Il ne faudrait pas que 2021 soit le précurseur d'une guerre civile. Il y a suffisamment de tensions et d'instabilités. Il y a aussi beaucoup de compétition géopolitique entre différents pays. Ce serait vraiment dommage que le Liban, qui a tellement fait pour construire une armée professionnelle, perde cette stabilité parce que tout le monde est trop occupé à se battre pour sa place au Liban et que les donneurs étrangers ne sont pas assez motivés. »

Envoi de rations alimentaires

Les pays occidentaux ne peuvent pas envoyer directement de l'argent à une armée étrangère. Pour parer au plus presser, la France a envoyé plus de 2 000 rations alimentaires aux familles de soldats. Mais il faudra rapidement trouver une solution pérenne et politique pour empêcher le pays de sombrer totalement.

À lire aussi : Débat identitaire au Liban sur fond de chaos généralisé