Liban : l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth suspendue

·1 min de lecture
Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités libanaises ont rejeté toute enquête internationale depuis l'explosion du 4 août 2020.

Le juge Bitar a suspendu son investigation après le dépôt d'une plainte par un ex-ministre, soupçonné d’implication dans l’explosion meurtrière du 4 août 2020.

Le juge chargé de l'enquête sur l'explosion au port de Beyrouth l'an passé a suspendu son investigation, ce lundi 27 septembre, après avoir été notifié d'une plainte déposée contre lui par un ex-ministre soupçonné d'implication dans ce drame.

Le juge d'instruction Tareq Bitar « a été notifié du recours en justice présenté par le député (et ex-ministre de l'Intérieur) Nouhad al-Machnouk » devant la cour d'appel de Beyrouth, a indiqué la source judiciaire.

Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités libanaises ont rejeté toute enquête internationale, avant de dessaisir en février dernier le premier enquêteur à la suite de l'inculpation de hauts responsables.

Le Parlement refuse de lever l'immunité de certains députés

Depuis qu'il a hérité de l'affaire, le juge Bitar a convoqué quatre anciens ministres, parmi lesquels trois parlementaires actuels, y compris le député Nouhad al-Machnouk, soupçonnés de « potentielle intention d'homicide » et de « négligence et manquements ». Mais le Parlement a refusé de lever leur immunité, tandis que les pressions politiques sur l'enquêteur se sont accentuées.

Le juge « Bitar suspend son enquête et toutes les procédures liées au dossier de l'explosion [...] jusqu'à ce que la cour d'appel de Beyrouth [...] décide d'accepter le recours [de Nouhad al-Machnouk] ou de le rejeter », a ajouté la source judiciaire.

À LIRE AUSSI Explosion du port de Beyrouth : la piste syrienne

La plainte déposée par Nouhad al-Machnouk, qui récla [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles