Liban: Hariri ne voit aucune sortie de crise sans un soutien arabe

·2 min de lecture
LIBAN: HARIRI NE VOIT AUCUNE SORTIE DE CRISE SANS UN SOUTIEN ARABE

BEYROUTH (Reuters) - Saad Hariri, Premier ministre libanais désigné, a déclaré dimanche qu'il ne voyait aucune sortie de crise au Liban sans un soutien des pays arabes et de la communauté internationale.

Les pétromonarchies du Golfe ont pendant longtemps joué le rôle de bailleurs de fonds du Liban mais, alarmées par l'influence croissante du Hezbollah, allié de l'Iran, elles rechignent désormais à aider le pays, exsangue financièrement.

"Il n'y pas d'issue à la crise (...) sans une réconciliation profonde entre nos frères arabes", a déclaré Saad Hariri, ajoutant que le Liban devait "cesser de servir de théâtre à des attaques contre les pays du Golfe".

Saad Hariri s'exprimait lors d'un discours télévisé à l'occasion du 16e anniversaire de la mort de son père, Rafik, dans un attentat en 2005, pour lequel un membre présumé du Hezbollah a été condamné en décembre dernier par un tribunal spécial des Nations unies. Le Hezbollah a toujours nié son implication dans cette attaque.

Saad Hariri, qui a déjà dirigé le gouvernement libanais, a été mandaté en octobre dernier pour former un gouvernement mais peine à constituer un cabinet d'union nationale face à la crise que traverse le pays.

A l'issue d'une rencontre avec le président Michel Aoun vendredi, le chef du gouvernement désigné a constaté l'impasse de ses efforts pour parvenir à constituer un gouvernement.

En vertu du système de partage du pouvoir au Liban, le président doit être un chrétien maronite, le Premier ministre un musulman sunnite et le président du Parlement un musulman chiite.

Michel Aoun, est allié au Hezbollah, mouvement considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis.

Dimanche, Saad Hariri a imputé la responsabilité du blocage des discussions au chef de l'Etat, soulignant l'avoir rencontré à seize reprises depuis sa désignation en octobre et lui avoir proposé des noms en vain.

La France, qui coordonne les efforts internationaux pour tenter de sortir le pays de sa crise la plus grave depuis la guerre civile de 1975-1990, réclame la formation d'un nouveau gouvernement et la mise en place de réformes comme condition au déblocage de milliards de dollars d'aide.

Saad Hariri a dîné mercredi à Paris avec Emmanuel Macron après s'être rendu dans plusieurs pays arabes.

"Dans tous mes contacts, j'ai senti la volonté d'aider le Liban, d'empêcher l'effondrement et de reconstruire Beyrouth", a déclaré le Premier ministre désigné. "Mais tout le monde attend qu'on appuie sur le bouton, et ce bouton, c'est la formation du gouvernement."

(Maha El Dahan et Laila Bassam; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Marc Angrand)