Liban: le gouvernement a démissionné, six jours après le drame

Robin Verner
·2 min de lecture

Moins d'une semaine après la double explosion ayant ravagé Beyrouth, le Premier ministre libanais a acté la démission de son gouvernement ce lundi.

Le gouvernement libanais s'est démi de ses fonctions ce lundi, six jours après la double explosion ayant dévasté le port de Beyrouth, et une bonne partie de la ville.

Le premier ministre Hassan Diab a présenté la démission de son gouvernement, dans un discours prononcé à 19h30, heure locale. Plus tôt, déjà, quatre ministres ont renoncé à titre individuel: ceux de l'Information, de la Justice, de l'Environnement et des Finances.

Le chef du gouvernement, qui se présente comme indépendant, a rendu la classe politique traditionnelle responsable de ses échecs, fustigeant la "corruption" ayant conduit à "ce séisme qui frappé le pays". "Aujourd'hui, j'annonce la démission de ce gouvernement", a-t-il dit dans un discours télévisé adressé aux Libanais.

Cette démission ne devrait cependant pas satisfaire le mouvement de protestation populaire qui réclame le départ de toute la classe politique accusée depuis des mois de corruption et d'incompétence. La déflagration gigantesque qui a fait au moins 160 morts, plus de 6000 blessés et détruit une partie de la Beyrouth le 4 août, était la catastrophe de plus dans un pays mis à genoux par une crise économique inédite aggravée par l'épidémie de Covid-19.

Plusieurs questions sans réponse

Six jours après ce drame, les autorités n'ont toujours pas répondu à la principale question: pourquoi une énorme quantité de nitrate d'ammonium était entreposée au port, au beau milieu de la ville?

C'est un incendie dans l'entrepôt où étaient stockées 2750 tonnes de nitrate depuis six ans sans "mesures de précaution" de l'aveu même de Hassan Diab, qui a provoqué l'explosion.

Le président Michel Aoun, lui-même contesté, a rejeté une enquête internationale. Et les autorités n'ont pas communiqué sur le déroulement de l'enquête locale.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :