Liban: environ 350 réfugiés rapatriés à la frontière syrienne

© Bilal Hussein / AP

Environ 350 réfugiés syriens ont été rapatriés ce samedi 5 novembre à travers la frontière libano-syrienne, dans le cadre d'un plan de retour du gouvernement libanais. Ce plan est très critiqué par l'ONU et des groupes de défense des droits humains qui le jugent potentiellement dangereux pour les réfugiés.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Quelque 300 réfugiés installés dans la plaine orientale de la Bekaa, et une cinquantaine dans la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, sont rentrés ce samedi en Syrie. Le retour, qualifié de « volontaire » et « sûr » par le gouvernement libanais, a été coordonné avec les autorités syriennes, malgré l’opposition des Nations unies et les critiques d'ONG locales et internationales des droits de l'homme.

Le ministre libanais des Affaires sociales, Hector Hajjar, qui a supervisé l’opération dans la Bekaa, a « conseillé à la communauté internationale de rester neutre » vis-à-vis du processus de retour. Celui-ci doit se poursuivre, avec pour objectif de rapatrier 15 000 personnes par mois. Près de 840 000 réfugiés sont enregistrés auprès des agences de l'ONU, mais le nombre de Syriens installés au Liban serait supérieur à un million et demi, soit 20% de la population.

Lors de la précédente opération, fin octobre, trois réfugiés rapatriés ont été arrêtés par les services de sécurité syriens au prétexte que leurs noms ne figuraient pas sur les listes convenues avec les autorités libanaises. La plupart des candidats au retour sont des personnes âgées, des femmes et des enfants. Les hommes préfèrent ne pas retourner de peur d'être enrôlés dans l'armée syrienne ou d'être poursuivis pour désertion.


Lire la suite sur RFI