Liban: colère et insécurité à trois semaines des élections législatives

·2 min de lecture

La colère des Libanais s'amplifie contre la classe politique, accusée d'inaction face à la crise multiforme qui frappe le pays, et d'irresponsabilité après le naufrage d'une embarcation avec plus de 80 migrants clandestins au large de Tripoli. La tension s'est traduite par des incidents armés dans plusieurs régions du pays ce lundi 25 avril, à trois semaines des élections législatives prévues le 15 mai.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les funérailles des victimes du naufrage d'une embarcation transportant plus de 80 migrants clandestins se sont déroulées ce lundi 25 avril dans une ambiance de colère, mêlée à de la tristesse à Tripoli, au Liban-Nord.

Six personnes sont décédées et 33 sont portées disparues après ce drame. Des tirs ont été entendus pendant les funérailles dans la ville, théâtre dimanche de violents affrontements entre des hommes armés sur fond de dispute électorale. Une personne a été tuée.

Des habitants de Tripoli ont aussi laissé éclater leur ressentiment contre l'armée, dont un navire de patrouille est accusé d'avoir percuté l'embarcation qui transportait les migrants clandestins.

►À relire : Une embarcation de migrants fait naufrage au large des côtes libanaises

Dans le même contexte, le ministre de l'Énergie Walid Fayad a été pris à partie à sa sortie d'un bar à Beyrouth par des personnes qui lui reprochaient de faire la fête, alors que les corps des disparus du naufrage n'ont pas encore été retrouvés.

Le ministre a été violemment plaqué contre un mur par des protestataires qui ont filmé la scène. L'incident intervient alors que l'État ne fournit plus qu'une à deux heures d'électricité par jour depuis l'été dernier.

Toujours à Beyrouth, de violents accrochages ont opposé deux clans adverses dans un quartier. Ces incidents traduisent l'exaspération des Libanais en raison de l'incapacité des dirigeants politiques à alléger leurs souffrances, à trois semaines des élections législatives.

►Lire aussi : Naufrage au large du Liban : « Ici, quel futur avons-nous, moi et mes enfants ? »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles