Liban: le chef du Hezbollah menace Israël de guerre s'il exploite le champ gazier de Karish

Le chef du Hezbollah a explicitement menacé d’une guerre si Israël commençait l’extraction du gaz du champ de Karish, disputé par le Liban, sans accord préalable sur le tracé de la frontière maritime entre les deux pays. Ces menaces prononcées mercredi 13 juillet au soir, lors d’une intervention télévisée, interviennent une douzaine de jours après la destruction par Israël de trois drones de reconnaissance non armés lancés par le parti chiite vers la plateforme gazière. Celle-ci est située à la limite des zones d’exclusivité économique des deux pays.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les propos de Hassan Nasrallah ne prêtent à aucune confusion. L’issue d’une guerre est préférable à l’effondrement inéluctable du Liban, qui serait causé, selon lui, par une volonté des États-Unis d’affamer et de détruire le pays.

« Mourir en martyr pendant la guerre est mieux que d’être tué devant une boulangerie ou une station-service », a-t-il dit, en allusion aux pénuries de pain et de carburant qui se multiplient au Liban, frappé par une crise économique sans précédent.

Pour le chef du Hezbollah, un accord sur le tracé de la frontière maritime avec Israël n’est pas suffisant. Le Liban devrait être autorisé, à l’instar d’Israël, à exploiter ses ressources gazières, car c’est la seule solution pour générer les fonds indispensables afin de sortir de la crise.

Des sites israéliens pris pour cibles en cas de conflit


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles