« Libérez Gaza, libérez la Palestine » : à Paris, les manifestants font fi de l’interdiction

Une femme tient un faux bébé maculé de sang, pour dénoncer les crimes commis à Gaza par Israël, à la manifestation en soutien aux Palestiniens, à Paris, samedi 28 octobre.  - Credit:IBRAHIM EZZAT / ANADOLU / Anadolu via AFP
Une femme tient un faux bébé maculé de sang, pour dénoncer les crimes commis à Gaza par Israël, à la manifestation en soutien aux Palestiniens, à Paris, samedi 28 octobre. - Credit:IBRAHIM EZZAT / ANADOLU / Anadolu via AFP

Ni la pluie ni l'interdiction de l'événement par la préfecture de police de Paris n'ont dissuadé les manifestants. Plusieurs milliers de personnes – entre 3 000 et 4 000 selon la police – étaient présentes place du Châtelet, samedi 28 octobre. Ce rassemblement visait à demander « un cessez-le-feu immédiat » de la part d'Israël, ainsi que la fin du blocus imposé par l'État hébreu et l'Égypte depuis 2007 contre la bande de Gaza, selon les mots du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI).

À l'initiative de l'événement, le CNPJDPI rassemble notamment l'Union nationale des étudiants de France (Unef), l'Union juive française pour la paix (UJFP), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), l'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne (Attac), ou l'Association France Palestine Solidarité (AFPS). En parallèle de celui-ci, d'autres organisations ont appelé à cette manifestation, comme Europalestine ou Révolution permanente.

À LIRE AUSSI Manifestation propalestinienne à Paris : qui sont les organisateurs ?

Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, avait décidé, jeudi 26 octobre, d'interdire le rassemblement. Invité dans la matinale de France Info, il avait expliqué craindre des propos « négationnistes, antisémites ou de soutien au terrorisme » pratiqué par le Hamas. Cette manifestation, qui devait initialement défiler jusqu'à la place de la République, est une « déambulation dan [...] Lire la suite