La libération d'un otage au Mali met l’Afrique à la Une des médias thaïlandais

AFP - LILLIAN SUWANRUMPHA

En Thaïlande, le pays se passionne pour l’histoire d’un médecin pris en otage au Mali et récemment libéré. L’occasion pour des millions de Thaïlandais de s’intéresser à l’Afrique, un continent dont ils n’entendent pas souvent parler.

Avec notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux

Il s’appelle le docteur Song, littéralement « docteur numéro deux », et c’est une star des réseaux sociaux thaïlandais grâce à sa chaîne YouTube sur laquelle il diffuse des vidéos de ses voyages sur tous les continents.

Agé de 49 ans, l’homme grand et athlétique est en fait chirurgien esthétique. Il partage son temps entre injections de botox dans le milieu des stars de la télévision thaïlandaise et sauts en parachute au-dessus de l’Himalaya.

Et l’Afrique était le continent qu’il voulait découvrir. Il avait prévu un voyage de trois semaines au Mali, Burkina Faso, Tchad et Niger. Mais il a été pris en otage fin septembre dans la ville de Kemparana, ville malienne proche de la frontière avec le Burkina Faso. Après un mois de négociations discrètes et le paiement d’une rançon de 100 millions de FCFA, il est rentré chez lui sain et sauf.

Traitement médiatique quasi inexistant

La façon dont les médias thaïlandais ont couvert cette histoire a été très différente du traitement habituel des prises d’otage de ressortissants de pays occidentaux. L’affaire a d’abord été très discrète. Il n’y avait aucune mention de la prise d’otages dans les médias alors que l’homme fréquente le milieu de la télévision. Et aujourd’hui encore, après sa libération, on ignore tout de l’identité des ravisseurs ou du groupe auxquels ils appartiennent.


Lire la suite sur RFI