"Libération" : Denis Olivennes à la recherche d'"une grosse dizaine de millions d'euros"

·1 min de lecture

"Libération" à la recherche d'argent frais. Interrogé par nos confrères de "Capital", Denis Olivennes, le co-gérant du journal, affirme aujourd'hui être à la recherche d'une "grosse dizaine de millions d'euros" pour boucler son financement après 2022. Les résultats économiques encourageants de "Libé" ces derniers mois ne suffisent pas encore à assurer son avenir. Si les pertes du journal se sont réduites de 12,8 à 6,9 millions d'euros entre 2020 et 2021, l'équilibre n'est pas prévu avant 2026, contre un horizon fixé à 2023 initialement.

Auprès de "Capital", Denis Olivennes explique "discuter actuellement de cette levée de fonds avec le groupe Altice de Patrick Drahi". Propriétaire du quotidien pendant 6 ans (2014-2020), le magnat des télécoms avait transféré en 2020 le journal à un fonds de dotation. Altice avait promis à l'époque de soutenir "Libé" en cas de coup dur, sans s'y engager par écrit. Joint par "Capital", Altice ne souhaite pas faire de commentaires sur ses intentions vis-à-vis de son ancien actif. En cas d'échec des négociations actuelles, Dennis Olivennes se tournerait vers d'autres partenaires susceptibles d'investir dans "Libération".

Croissance des abonnements numériques et du chiffre d'affaires

Depuis 2020, le quotidien co-fondé par Serge July dans les années 1970 est engagé dans une relance éditoriale et économique menée par Dov Alfon, directeur de la rédaction, et Denis Olivennes côté finances. Tout en...

Lire la suite


À lire aussi

La taxe Netflix devrait rapporter une dizaine de millions d'euros au cinéma français
Photos topless : Enora Malagré promet une "très grosse procédure judiciaire" au "torchon" Voici
"C à vous" : Grosses tensions entre Patrick Cohen et Jordan Bardella sur France 5

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles