"Libération" dénonce les menaces "inacceptables" de Papacito contre l'un de ses journalistes

"Libération" dénonce les menaces d'un influenceur d'extrême-droite contre l'un de ses journalistes. Ce matin, sur son site internet, le journal pointe du doigt les propos du youtubeur controversé Papacito à l'égard de l'un de ses journalistes, Pierre Plottu. Le vidéaste est notamment connu pour avoir posté une vidéo, il y a un an, dans laquelle il tire et poignarde un mannequin représentant un électeur de la France insoumise. A la suite de cette séquence, Jean-Luc Mélenchon avait déposé plainte contre lui et une enquête pour "provocation publique non suivie d'effet à la commission d'atteintes à la vie" avait été ouverte par le parquet de Paris.

Dimanche, dans une nouvelle vidéo postée sur les réseaux sociaux, Papacito a annoncé à ses abonnés qu'il voulait "avoir une discussion" avec Pierre Plottu. "Quoi qu'il arrive, quel que soit le plan, j'ai cette discussion à avoir. Je vais faire les 2.000 bornes qui nous séparent de son domicile en criant son nom toutes les trois secondes", a-t-il affirmé, se mettant ensuite à hurler "Plottu" devant sa caméra, alors qu'il conduisait sa voiture. "Plottu, j'arrive ! Bien sûr, avec de l'équipement et tout... Pour avoir une discussion ! Attention, rien de violent ! Je ne veux pas que cet extrait soit repris par un article ou je ne sais pas quoi ! Je veux juste discuter avec ce type", a assuré Papacito.

"Ces menaces inacceptables"

Dans un communiqué, la Société des journalistes et...

Lire la suite


À lire aussi

Menaces contre Pascal Praud : Une enquête ouverte par le parquet de Paris
"Libération" dénonce les insultes proférées par un élu RN contre deux de ses journalistes
Jean-Christophe Lagarde annonce porter plainte contre la journaliste de l'AFP auteure d'un ouvrage le mettant en cause

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles