Libéré, bientôt marié: l'ex-otage suédois en Iran va convoler en justes noces

Photo diffusée le 18 juin 2024 par le gouvernement suédois du diplomate Johan Floderus (d) à genoux, demandant son compagnon en mariage, à son arrivée à l'aéroport d'Arlanda, près de Stockholm, après sa libération dans le cadre d'un échange de prisonniers avec l'Iran, le 15 juin 2024 en Suède (Tom SAMUELSSON)
Photo diffusée le 18 juin 2024 par le gouvernement suédois du diplomate Johan Floderus (d) à genoux, demandant son compagnon en mariage, à son arrivée à l'aéroport d'Arlanda, près de Stockholm, après sa libération dans le cadre d'un échange de prisonniers avec l'Iran, le 15 juin 2024 en Suède (Tom SAMUELSSON)

Il a dit "oui"! Le Suédois Johan Floderus, diplomate de l'Union européenne libéré d'Iran à la faveur d'un échange de prisonniers, a demandé son compagnon en mariage à son arrivée à l'aéroport en Suède, selon une vidéo du gouvernement suédois rendue publique mardi.

Dans cette vidéo datant de samedi, M. Floderus, 33 ans, est agenouillé quelques secondes face à son compagnon à l'aéroport Arlanda de Stockholm avant de se relever, de le prendre dans ses bras et l'embrasser sous les applaudissements de sa famille, ses amis et du Premier ministre Ulf Kristersson.

Son compagnon hoche la tête, lui dit "oui" et l'embrasse.

"Après deux longues années, je suis enfin un homme libre, réuni avec ma famille et fiancé", a-t-il dit dans une déclaration publiée mardi par sa famille.

Le diplomate a également remercié tous ceux qui "ont rendu tout cela possible".

"Le rêve dont je n'osais pas rêver est devenu réalité : être de retour chez moi avec mes proches et vivre ma vie en liberté".

Le jeune diplomate de l'UE avait été arrêté en avril 2022 alors qu'il s'apprêtait à revenir chez lui après des vacances. Accusé d'espionnage, il risquait la peine de mort.

Johan Floderus et un autre Suédois, Saeed Azizi, ont été libérés samedi en échange de Hamid Noury, 63 ans, ancien haut responsable de l'administration pénitentiaire iranienne qui purgeait une peine de prison à vie en Suède.

L'Iranien, arrêté en 2019 à Stockholm, avait été condamné à la perpétuité pour son rôle dans les exécutions de masse d'opposants ordonnées par Téhéran en 1988.

Le gouvernement suédois a défendu sa décision de libérer Hamid Noury, malgré les critiques formulées notamment par les mouvements d'opposition iraniens en exil.

Un autre Suédois, Ahmad Reza Jalali, qui a la double nationalité, est dans le couloir de la mort en Iran depuis 2017 après avoir été reconnu coupable d'espionnage.

Son épouse reproche au gouvernement suédois de ne pas l'avoir inclus dans l'échange.

jll/nzg/ef/mr