L'hypertélescope lunaire expliqué par son inventeur Antoine Labeyrie

Alors que les États-Unis se préparent à retourner sur la Lune pour, cette fois-ci, y rester, et que la Chine et la Russie ont également la volonté de s’y installer durablement, leurs motivations à tous sont aujourd’hui très différentes de celles de l’ère des missions Apollo. Elles sont moins géopolitiques qu’économiques et scientifiques.

L’utilisation des ressources de la Lune à des fins scientifiques est donc placée au premier rang des justifications pour un retour de l’Homme sur notre satellite. Sa nature, sa face cachée et les conditions particulières qui y règnent en font un véritable laboratoire à ciel ouvert pour un grand nombre de disciplines. Mieux encore, malgré sa surface inhospitalière, la Lune apparait comme un des meilleurs emplacements de tout le Système solaire pour les observations astronomiques. Sans atmosphère et avec une activité sismique quasi nulle — qu’explique sa stabilité géologique —, la Lune est la plateforme idéale pour construire des observatoires, des télescopes et des radiotélescopes de plus grande taille que sur Terre. Dans ce domaine, les idées ne manquent pas. De plus, avec son absence de vent et sa faible gravité, les télescopes sont plus faciles à manier que sur Terre.

L'astronome Jean Schneider nous détaille le projet d'un télescope géant sur la Lune

C’est dans ce contexte que plusieurs projets d’installations d’observatoires sur la face cachée de la Lune et à son pôle Sud sont à l’étude. La France n’est pas en reste. Parmi les projets connus, on citera en exemple celui de Jean Schneider, un observatoire lunaire de 50 à 100 mètres de diamètre fonctionnant dans le visible et l'infrarouge, et celui d’Antoine Labeyrie, professeur émérite au Collège de France. Inventeur du principe de l’hypertélescope sur la Lune, ce scientifique travaille sur l'idée de sa construction depuis les années 90.

Voir des images directes comme des exoplanètes

Par rapport à un télescope géant, l’hypertélescope fait le pari de surmonter la limite de la taille...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles