L'hydrogène vert vanté par Macron est encore loin d'être une révolution

·1 min de lecture

ENVIRONNEMENT - S’il y a bien un secteur industriel dans lequel la France peut devenir leader, c’est l’hydrogène vert. C’est en tout cas ce que croit Emmanuel Macron, qui a annoncé, ce mardi 12 octobre, des milliards d’euros d’investissements à l’occasion de la présentation du plan “France 2030”. Objectif: que l’hydrogène serve à alimenter l’industrie, les trains, les bus et les avions de demain.

Mais pour cela, encore faut-il que ce précieux carburant soit produit de manière durable et respectueuse de la planète. Après un lapsus sur les énergies (non) renouvelables, le président a rappelé que pour avoir un hydrogène vert, il faut le produire avec la méthode de l’électrolyse, qui a besoin d’eau et d’électricité.

Et pour que cet hydrogène soit vert, il faut que l’électricité soit verte. Pour Emmanuel Macron, la France et son parc nucléaire décarboné ont ainsi une immense opportunité. Mais sans même parler du débat sur la place du nucléaire dans la transition énergétique (à retrouver dans notre article dédié), il faut rappeler que l’hydrogène vert est aujourd’hui au mieux un espoir, au pire un mirage.

Pour comprendre pourquoi, écoutez notre épisode consacré à l’hydrogène de l’Enver(t) du décor, le podcast environnement du service sciences du HuffPost, à retrouver en haut de l’article.

Apple Podcasts
Apple Podcasts
Spotify
Spotify

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles