L'hydrogène vert est-il une solution d'avenir pour les transports ?

Alors que l'Union européenne prépare sa transition énergétique, l'hydrogène est présenté comme essentiel dans le secteur des transports. Mais développer cette source d'énergie pour atteindre les objectifs de l'Europe n'est pas gagné d'avance.

Au Port d'Anvers, en Belgique, cette station d'hydrogène est une des près de 1 000 existantes dans le monde. Les voitures viennent y faire le plein d'hydrogène qui alimente leur véhicule roulant à l'électricité.

La Commission européenne veut développer le concept en multipliant les infrastructures de ravitaillement sur le continent. Mais avec une infrastructure si peu développée, l'hydrogène est-il une solution viable pour réaliser l'objectif de réduction des émissions de l'Union européenne dans les transports ? " C'est une partie de la solution", affirme Roy Campe, directeur de la technologie chez CMB.TECH. " Il faut surtout investir massivement dans les énergies renouvelables comme le solaire ou l'éolien. Le problème, c'est que lorsque vous avez recours à de l'énergie solaire ou éolienne, l'énergie n'est pas consommée. L'hydrogène est un moyen parfait pour stocker l'énergie. Quand vous ne l'utilisez pas, stockez-la et vous pourrez la réutiliser au moment où vous en avez besoin. L'hydrogène fait définitivement partie du futur des carburants. Nous ne disons pas que c'est nous qui réaliserons tout, mais nous pensons que la majorité des équipements de transport lourds seront alimentés à l'avenir par l'hydrogène", ajoute-t-il.

L'hydrogène renouvelable, comme dans cette station d'Anvers, est fabriqué par électrolyse, en utilisant de l'électricité verte pour séparer l'eau en hydrogène et en oxygène. Il est ensuite stocké jusqu'à ce qu'il soit utilisé.

L'Union européenne veut aussi exploiter l'hydrogène pour réduire les émissions dans d'autres secteurs, y compris la production de produits chimiques tels que les plastiques et les fertiliseurs.

Mais pour cet expert et ancien fonctionnaire de longue date de la Commission européenne, produire de l'hydrogène en recourant à l'électrolyse n'est pas réalisable à une échelle si grande. "Fabriquer de l'hydrogène par électrolyse est très compliqué et très énergivore. C'est la grande différence", affirme le Professeur Samuel Furfari, ingénieur chimiste à l'Université libre de Bruxelles. " Oui, nous avons vu notre professeur en produire en classe et donc nous croyons que c'est une solution. Mais ce n'est pas le cas. Réaliser l'électrolyse de l'eau de manière industrielle est très complexe. C'est pourquoi elle n'existe pas. Personne ne fait ça."

La majorité de l'hydrogène est produite par des moyens polluants, comme le gaz naturel, entraînant une quantité importante d'émissions de CO2. C'est pourquoi la Commission européenne veut assurer la transition vers de l'hydrogène fabriqué à partir d'énergies vertes.