L'humeur du jour - L'humeur d'Anthony Clément : Sir Alex Dupont, un délice

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Retrouvez l'humeur du jour en ce mercredi 5 août 2020. Alex Dupont avait une gueule de forain belge dont il aimait se moquer parce qu'il riait d'à peu près tout, et sa voix d'ogre lui allait bien au teint. Elle retentissait très loin, quand il criait sur un terrain, mais ses colères lui ressemblaient et elles étaient donc très drôles. Un jour, on l'a vu sermonner un joueur qui avait oublié ses protège-tibias, et cette scène banale était devenue une petite pièce de théâtre car l'entraîneur appelait son défenseur « Pizza » pour moquer son hygiène de vie. Dupont avait le sens du sobriquet car il ne se souvenait pas toujours des noms, et il évoquait régulièrement « le jeune » ou « le gamin » qui venait faire le nombre. L'un d'eux jouissait d'un statut particulier, car il était « Rooney », grâce ou à cause d'une certaine ressemblance avec l'attaquant anglais, mais pas de jaloux : il y avait des blagues pour tout le monde. On l'a côtoyé tous les jours ou presque à Brest, de 2010 à 2012, et il était déjà une icône à Sedan et Gueugnon, où il avait remporté la Coupe de la Ligue en 2000 contre le Paris-SG. Il se souvenait de ce triomphe en forme de fable comme d'un « délice de fin gourmet », et vivait la L1 « comme un privilège » car son monde s'était surtout limité à la L2. Ce n'était pas très grave, car on peut rigoler à tous les étages, et il semblait que Dupont peaufinait autant ses formules que ses schémas. Le PSG de Carlo Ancelotti se présentait avec son schéma en sapin de Noël ? Sir Alex allait donc jouer « en cactus ». Il parlait de sa femme aussi souvent que Colombo, aimait ses joueurs, qu'il avait d'ailleurs invités à son mariage, avait fêté le maintien de 2011 en portant son peignoir fétiche de Gueugnon, et il était capable de quitter un stage pour faire la fête jusqu'à l'aube aux Vieilles Charrues. On peine à écrire ces lignes, car il est difficile d'être aussi drôle que lui, et on n'a pas le coeur à rire. Alex Dupont savait vivre, mais il sera enterré ce mercredi à La Turbie, où il s'était installé parce qu'il avait envie de voir le soleil après une carrière essentiellement pluvieuse. Avec lui s'envole un bout du foot qu'on aime et qu'on regrettera, car le fréquenter était un authentique délice de fin gourmet.