De l'hormonothérapie pour réduire le risque d'Alzheimer chez certaines femmes ?

![CDATA[Shutterstock / Ground Picture]]

Le risque de démence est plus important chez les femmes que chez les hommes, et la chute d'oestrogènes au moment de la ménopause a pour conséquence d'accélérer les pathologies neurologiques chez les femmes, commence l'étude parue dans l'Alzheimer's Research & Therapy le 9 janvier. Des chercheurs du Royaume-Uni se sont penchés sur un traitement hormonal visant à réduire le risque de développer une démence.

Une meilleure mémoire, un meilleur état cognitif

Jusqu'à présent, les traitements hormonaux de substitution ont montré des résultats mitigés. Mais dans cette étude, les scientifiques s'intéressent à un certain type de patientes : des femmes porteuses du gène APOE4. L'allèle numéro 4 de ce gène a été associé par des études au risque le plus grand de développer la maladie d'Alzheimer.

Ils sont partis d'une cohorte comprenant 1 178 femmes de plus de 50 ans, ne présentant au début aucune démence. Elles ont été placées sous hormonothérapie, ce qui a permis aux chercheurs d'observer l'impact du traitement chez celles qui étaient porteuses de ce gène. Le volume de leurs cerveaux a été étudié via des IRM, car l'une des chercheuses précise que les performances cognitives et une baisse du volume de la masse cérébrale sont des indices d'un risque de démence. Conclusion : les scientifiques se sont rendus compte que la mémoire et l'état cognitif de ces femmes était globalement meilleur grâce au THS.

Si leur recherche doit continuer, ils notent (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Errance thérapeutique : c’est quoi ? Qui sont les malades concernés ?
Les lampes à UV pour sécher le vernis seraient responsable de cancers, selon une étude
Vaccin grippe 2023 : la campagne de vaccination est prolongée jusqu'au 28 février
CHIFFRES COVID FRANCE. Ce vendredi 20 janvier 2023 : courbes, décès, les infos du jour en direct
Est-il dangereux d'arracher les peaux autour des ongles ?