L'homme Dior se la coule douce

Des rubans évanescents ou du drapé sur les épaules rappelant les vagues: l'homme Dior se la coule douce avec des vêtements habillés ou adaptées aux activités sur l'eau.

"Il y a un nouveau sentiment d'aisance dans la collection, dans une combinaison de formel et d'informel (...) un sentiment de métamorphose et de changement à travers le motif de l'eau", a déclaré à l'AFP le Britannique Kim Jones, directeur artistique des collections Dior homme.

Un manteau blanc ultra-chic avec des rubans qui dépassent, suivant l'allure comme des mini-traînes, porté sur des bermudas avec d'imposantes bottes blanches et des chaussettes hautes a donné le ton de cette collection automne-hiver présentée dans le cadre de la semaine du prêt-à-porter masculin à Paris.

Au rythme ralenti, le défilé place de la Concorde s'est déroulé dans une mise en scène multimédia imaginée par le cinéaste Baillie Walsh et dirigée par le compositeur Max Richter avec un petit orchestre.

Les gros plans des visages des acteurs Robert Pattinson et Gwendoline Christie qui récitaient des extraits de "The Waste Land" du poète américain T. S. Eliot ont été projetés sur les murs du pavillon, ainsi que ceux de mannequins et des détails de tenues avant qu'on ne les aperçoive en vrai.

Motifs littéraires de T.S Eliot, la Tamise et la Seine ont inspiré Kim Jones pour ses silhouettes fluides. Eléments masculins et féminins se mélangent pour plus de sensualité.

Dans les costumes gris clair, la tradition et les matières du "tailoring" anglais rencontrent celles de la haute couture française. Le tombé et le mouvement du pantalon fascinent, mais il y a aussi un large choix de bermudas.

Plusieurs pièces qui prennent de la couleur - jaune ou bleu vif - évoquent les vêtements des pêcheurs et marins.

De grosses chaussures et des bottes imprimées en 3D invitent aussi à des activités à l'extérieur.

Les sacs à main sont dépouillés d'éléments superflus dans une approche de la simplification en hommage à Yves Saint Laurent.

Saint Laurent, nommé à 21 ans chez Christian Dior après la mort de ce dernier et qui avait présenté sa première collection pour cette maison il y a 65 ans en 1958, est la principale source d'inspiration pour ce défilé.

neo/elc/it