"L'homme le plus détesté d'Internet" : la série Netflix sur le créateur d'un site de revenge porn

Le "roi du revenge porn". C’est ainsi que se faisait appeler Hunter Moore, créateur du site pornographique IsAnyoneUp.com dont Netflix retrace l’histoire dans une série documentaire en 3 épisodes. En 2010, ce Californien de 24 ans poste sur Internet une photo de l’une de ses partenaires sur un site créé à cet effet. Une semaine plus tard, il se rend compte que le site comptabilise 14 000 vues. "Je me suis dit que je pouvais me faire de l’argent en faisant ça", raconte Hunter Moore dans une interview donnée en 2012 au magazine Rolling Stone. Le site permet à des anonymes d’héberger des photos de femmes et d’hommes nus. Alors que certaines personnes choisissent délibérément de partager leurs photos, d’autres sont victimes d’anciens partenaires qui publient ces images dans le but de se venger : c’est le début du revenge porn.

Hunter Moore détaille certains profils de victimes : "une finaliste d'American Idol, la fille d'un important donateur du parti républicain américain […], Kreayshawn, une Real Housewife, plusieurs vraies femmes au foyer, des mères, des institutrices, des femmes atteintes de nanisme et une femme en fauteuil roulant, parmi beaucoup d'autres - 15 à 30 par jour", relate un article de Vanity Fair. Mais la perversité ne s’arrête pas là. Il s’avère que de nombreuses photos sont obtenues de manière illégale, à la suite de piratages de comptes de messagerie. En outre, les profils Facebook, ainsi que le nom complet et parfois le lieu de résidence des victimes sont affichés (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Il m'a fallu un an pour m'en remettre" : Millie Bobby Brown harcelée pendant le tournage de "Stranger Things"
Cancer du sein : quand Olivia Newton-John disait aux femmes de "suivre leur instinct"
Euro Féminin : 5 bonnes raisons de regarder le match France-Allemagne ce mercredi soir
Sexisme, #MeToo, identité de genre : comment Aloïse Sauvage s'est déconstruite grâce à la musique
"Je n’avais plus envie de voir mon corps au cinéma" : Adèle Exarchopoulos pose un nouveau regard sur sa carrière