L'homme le plus détesté d'Internet : que devient Hunter Moore, celui qui a choqué les spectateurs de Netflix ?

Après avoir cartonné avec L'Arnaqueur de Tinder, qui pourrait avoir son adaptation au cinéma, Netflix a dévoilé sa toute nouvelle mini-série documentaire intitulée L'homme le plus détesté d'internet, le 27 juillet 2022. Dedans, on suit l'intense combat de Charlotte Laws, une mère de famille dont des photos nues de sa fille ont été publiées sur le site de revenge porn IsAnyoneUp.com, créé par Hunter Moore. La maman a tout fait pour que le site soit supprimé et que son créateur finisse derrière barreaux et elle a réussi !

Moins de deux ans en prison

Hunter Moore a été arrêté par le FBI en janvier 2014, soupçonné d'avoir engagé un hacker pour pirater des internautes et leur voler des photos nus pour les mettre sur son site. Grâce à IsAnyoneUp.com, l'homme le plus détesté d'internet aurait gagné jusqu'à 30 000 dollars par mois. Des revenus engrangés principalement grâce à la publicité sur son site.

S'il a longtemps nié avoir piraté ses victimes, il a finalement accepté de plaider coupable. En décembre 2015, il a été condamné à deux ans et demi de prison et une amende de 2000 dollars... Pas cher payé, pour des actes qui ont ruiné la vie de centaines de personnes.

Hunter Moore a sorti un livre

Il a été libéré en septembre 2017 et a été placé sous contrôle judiciaire pendant trois ans. Actuellement, il serait ravi de la sortie du documentaire, qui le remet d'une certaine façon...

Lire la suite


À lire aussi

DOTA - Dragon's Blood : le jeu vidéo devient une série d'animation sur Netflix, premières images
Addison Rae devient actrice : la première bande-annonce de Il est trop bien, bientôt sur Netflix
Netflix : Keep Sweet, prie et tais-toi, le docu sur un gourou polygame qui choque mais qu'il ne faut pas rater

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles