L'homéopathie ne sera plus du tout remboursée en 2021...et voici ce que ça change vraiment

·2 min de lecture

Le 1er janvier prochain, les médicaments homéopathiques cesseront intégralement d'être remboursés. Avant cette échéance, le taux de remboursement était passé de 30 à 15 % en 2020. Prix, consommation, emplois, économies pour l'Assurance Maladie : Marianne dresse le bilan de cette année transitoire pour l'homéopathie afin d'anticiper les conséquences prévisibles de ce déremboursement en 2021.

Ce sont des conclusions qui avaient fait bondir le secteur de l'homéopathie. En 2019, la Haute Autorité de Santé (HAS) estimait dans un rapport fondé sur 37 études scientifiques que les médicaments homéopathiques n'avaient pas démontré leur "efficacité". Résultat : une sentence sans appel. La HAS donnait un "avis défavorable au maintien de la prise en charge par l’Assurance Maladie des médicaments homéopathiques". Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, décidait d'acter pour 2021 le déremboursement des 1163 souches homéopathiques qui bénéficiaient d'un taux de remboursement à 30 %. Pour accompagner les patients et les professionnels du secteur, la ministre décidait d'une année transitoire en 2020 avec un remboursement à hauteur de 15 %. Malgré ce répit accordé, les conséquences se font déjà sentir pour le secteur et laisse présager des évolutions sur les prix, l'emploi et la consommation à partir de 2021.1. Vers une hausse des prixConséquence directe de la baisse du taux de remboursement, le coût des médicaments homéopathiques pour les patients devait augmenter. Mais pour...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex