Le LHC bat son record d'énergie pour chasser la nouvelle physique du Big Bang

·2 min de lecture

Comme Futura l’expliquait dans un précédent article, les chercheurs du Cern font entrer en collision des protons qu’ils accélèrent à des vitesses de plus en plus proches de celle de la lumière depuis un peu plus de 60 ans, avec la mise en service le 24 novembre 1959 du premier grand accélérateur de particules du Cern : le Proton Synchroton (PS).

À l’époque, la machine permettait de produire des protons dont les énergies atteignaient les 25 GeV, dépassant les espoirs des créateurs du PS et faisant de l'instrument le plus puissant accélérateur de particules au monde. La conception de la machine était tellement brillante qu’elle fonctionne encore aujourd’hui et sert de pré-accélérateur (il y en a plusieurs, comme l’explique la vidéo ci-dessus) aux faisceaux du LHC. C’est avec elle que les chercheurs du Cern ont découvert les courants neutres et les bosons intermédiaires de la théorie électrofaible de Glashow-Salam-Weinberg. Versatile, ce synchrotron a été utilisé aussi bien pour accélérer des électrons que des ions légers et lourds comme ceux de l’hélium, du soufre, de l’indium et du plomb, ce qui permet d’explorer les secrets du quagma pendant le Big Bang.


Un documentaire sur la découverte des bosons W, au Cern, au début des années 1980. Ces bosons sont massifs en raison de l'existence supposée du mécanisme de Brout-Englert-Higgs. Voici quelques-unes des clés pour comprendre comment s'est déroulée leur découverte, clés toujours pertinentes pour comprendre celles du LHC aujourd'hui. On y parle du LEP, le collisionneur électron-positron qui occupait le tunnel du LHC avant lui. © Cern

Des collisions à 13,6 TeV cet été pour le Run 3

Mais, ce lundi 25 avril 2022, les successeurs des ingénieurs et physiciens responsables du succès de 1959 annoncent avoir battu un record du monde pour l’énergie des protons accélérés dans une des dernières cathédrales scientifiques et technologiques de la noosphère avec des faisceaux de protons atteignant des énergies de 6,8 TeV, c’est-à-dire...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles