«L'hôpital est mort» : à Paris, faible mobilisation des soignants malgré leur colère

© AFP

En pleine crise des urgences et à quelques jours des législatives , les personnels hospitaliers se sont peu mobilisés ce mardi pour réclamer des hausses de salaires et d'effectifs, tandis que l'exécutif attend le résultat de la "mission flash" commandée par Emmanuel Macron. Neuf syndicats et collectifs de soignants organisaient des rassemblements dans au moins 50 villes . Mais la mobilisation n'a pas fait le plein, puisque seulement 200 à 300 personnes se sont rendues devant le ministère de la Santé à Paris.

De multiples messages à faire passer

En blouse blanche, parfois un stéthoscope autour du coup, ces soignants appellent à l'aide, à travers des chants et des pancartes sur lesquelles on peut lire : "L'hôpital est mort, réanimez-le" ou "Votre santé est en danger".

Céline, infirmière et déléguée CGT, est dégoûtée de la profession. Elle explique "passer de chambre en chambre pour donner les médicaments et de passer au suivant", sans avoir le temps s'"asseoir sur le lit, lui tenir la main et lui raconter une histoire. C'est terminé ce temps-là, donc c'est de la maltraitance. J'en ai marre de travailler comme ça", ajoute-t-elle au micro d'Europe 1.

"Les gens fuient l'hôpital pour une question de santé"

Plus d'effectifs, plus de salaires, c'est aussi ce que souhaite Nicolas. Cet urgentiste voit ses collègues partir un à un : "Les gens fuient l'hôpital pour une question de santé, pour se préserver. Mais on est dans la perte de sens au niveau du travail. Dans mes urgences, ils son...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles